Retour

Déversement de mazout aux Îles : 29 documents saisis par le ministère de l'Environnement

Le ministère de l'Environnement a dû effectuer une perquisition chez Hydro-Québec pour obtenir des documents importants dans le cadre de son enquête sur le déversement de 100 000 litres de diesel dans le port de Cap-aux-Meules en 2014. Ces documents ont contribué à l'enquête du ministère qui a conclu que l'oléoduc était ravagé par la corrosion au moment du déversementet et qu'Hydro-Québec a manqué à ses devoirs en ne prenant pas les mesures de prudence pour l'entretien de ses équipements. 

Un texte de Michel-félix Tremblay

En mai dernier, l'enquêteur du ministère s'est présenté aux bureaux d'Hydro-Québec à Cap-aux-Meules pour y saisir des documents parmi lesquels une douzaine de rapports d'expertises cathodiques effectués par la compagnie Corrpro qui se spécialise dans la protection cathodique, soit la détection et le contrôle de la corrosion. 

Le ministère a aussi saisi des documents sur la dernière livraison d'hydrocarbure à la centrale avant le déversement.

On y retrouve aussi deux fiches d'entretiens préventifs.

Le rapport d'enquête du ministère de l'Environnement révèle que 6 498 anomalies, principalement sur la partie de l'oléoduc d'Hydro-Québec située près du quai, avaient été révelées à la suite de l'incident. Une diminution allant jusqu'à 90 % de l'épaisseur de la conduite a aussi été constatée.

La Société d'État a été condamnée à payer une amende et des frais pour un total de 410 554,93 $.

Germain Chevarie reconnaît les manquements d'Hydro-Québec

Le député des Îles-de-la-Madeleine, Germain Chevarie, estime qu'Hydro-Québec a manqué à ses devoirs en ne prenant pas les mesures nécessaires à l'entretien de son oléoduc.

Le député des Îles réagissait pour la première fois au rapport d'enquête du ministère de l'Environnement dévoilé en début de semaine par Radio-Canada.

Germain Chevarie s'est dit notamment surpris par la vétusté de la conduite et par l'ampleur de la corrosion du pipeline lors du déversement.

Il a toutefois tenu à souligner d'abord les bons coups d'Hydro-Québec. « En général, Hydro-Québec est un bon citoyen corporatif et il y a le défi d'exercer une vigilance soutenue envers le transport du mazout du port vers la centrale », a commenté le député.

Il estime que la Société d'État a le devoir de se mettre rapidement au travail. « Les manquements identifiés, poursuit Germain Chevarie, sont quand même importants et Hydro-Québec doit appliquer des mesures exemplaires et avoir des plans d'urgence complets avec des hauts standards en cas de fuite. »

Germain Chevarie a rencontré deux fois le ministre Pierre Arcand en deux semaines, dont une fois depuis la divulgation du rapport d'enquête. Selon M. Chevarie, Pierre Arcand est à l'écoute des Madelinots et entend suivre l'évolution du dossier.

Le ministre responsable d'Hydro-Québec, Pierre Arcand, a refusé jusqu'à maintenant toutes les demandes d'entrevue sur le sujet.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine