Retour

Diffusion de spectacles dans l'Est du Québec : choisir ses combats

Les 34 membres du Réseau des organisateurs de spectacle de l'Est du Québec (ROSEQ) réfléchissent à leur avenir à New Richmond cette fin de semaine.

Un texte de Isabelle LévesqueTwitterCourriel

Réunis à l'occasion de leur rencontre du printemps, les diffuseurs travaillent à élaborer un plan d'action stratégique qui les guidera pour les cinq prochaines années, soit jusqu'en 2021. 

Selon la directrice du réseau, Solange Morissette, l'exercice consiste à « choisir nos combats ». Le plan sera rédigé au cours des prochaines semaines.

Parfois, des détails qui semblent anodins, peuvent avoir des conséquences importantes pour les organisateurs de spectacles. 

Le ROSEQ pourrait aussi intervenir au niveau politique pour que davantage de spectacles soient présentés dans les écoles ou pour sensibiliser les municipalités à l'importance des organisateurs de spectacles.

Solange Morissette souligne que les membres de son réseau sont très différents. Le plan d'action stratégique devra s'adapter au rythme de chacun, autant ceux qui présentent 10 spectacles, que ceux qui en offrent 50 par année.

L'éloignement, un enjeu

L'éloignement de nos régions représente aussi un enjeu important pour les diffuseurs de l'Est du Québec. Les programmes québécois d'aide à la tournée ont été modifiés ces dernières années, ce qui rend les déplacements des artistes plus difficiles en zone très éloignée comme à Fermont ou aux Îles-de-la-Madeleine.

La taille de la région et le nombre de diffuseurs - ils sont 34 - peuvent également freiner certains artistes qui choisissent de demeurer plus près des grands centres.

Plus d'articles

Commentaires