Retour

Donjons et robots pour une équipe de Matane à la compétition de robotique FIRST

L'équipe du Cégep de Matane qui participait cette fin de semaine à la 5e édition du Festival de Robotique FIRST, à Montréal, s'est inclinée en finale. Elle évoluait au sein de l'Alliance no 2, où elle bataillait aux côtés de l'équipe Hypérion de Sherbrooke et de celle des Huskies de Québec.

Un texte de Brigitte Dubé

L'Alliance Matane-Sherbrooke-Québec a donc perdu par la marque serrée 149 à 137. L'équipe matanaise a gagné le prix Rookie All Star, ce qui lui permet de se rendre à St-Louis, au Missouri, pour représenter le Québec du 27 au 30 avril.

Plus de 5000 jeunes âgés de 6 à 18 ans et issus d'écoles du Québec, de l'Ontario, du Mexique et de la France prenaient part à l'événement.

Depuis jeudi, les jeunes soumettaient leur robot à diverses épreuves. Les Supertronix se sont classés au 7e rang sur 50 équipes.

Deux alliances en finale

Les matchs des compétitions finales se déroulaient donc entre deux alliances. Une alliance regroupait trois équipes. Chaque équipe avait son robot. Il y avait donc six robots dans l'arène où on simulait une guerre médiévale, en franchissant des lignes ennemies et en tirant des boulets vers la forteresse adverse pour tenter de l'envahir.

Il s'agissait d'une première pour le Cégep de Matane. Étudiant en première année en électronique industrielle, Piero Barrette est capitaine de l'équipe composée d'une vingtaine d'élèves de la Polyvalente de Matane et de quatre de ses collègues du Cégep.

Selon Piero Barrette, le robot a livré une performance au-delà de leurs espérances.

Piero Barrette presqu'un « vétéran »

Piero Barrette a déjà participé à cette compétition avec l'équipe Rikitik de Rimouski. La première fois, il avait 14 ans. Alors élève de niveau secondaire à Rimouski, il a été capitaine de son équipe pendant deux ans. En 2015, il a mené l'équipe Rikitik jusqu'à la grande finale au Missouri.

Piero Barrette veut que l'équipe de robotique du Cégep de Matane perdure. « C'était un besoin ici. C'est bon outil pour lutter contre le décrochage scolaire », affirme-t-il.

Plus d'articles

Commentaires