Retour

Donner naissance ailleurs qu’à l’hôpital : un choix difficile sur la Côte-Nord

À l'occasion de la Semaine mondiale de l'accouchement respecté, des femmes de la Côte-Nord rappellent qu'elles ont peu d'options quant aux lieux où elles peuvent donner naissance.

Rachel Daigle, de Sept-Îles, s'est trouvée devant un dilemme pour déterminer le lieu de son accouchement. Elle ne voulait pas donner naissance à l'hôpital. « Ça me donnait beaucoup de stress », souligne-t-elle.

La mère de Sullivan, âgé de 15 mois, ne pouvait pas non plus être accompagnée pour accoucher à la maison, faute de sage-femme. De plus, il n'y a aucune maison de naissance à Sept-Îles et à Baie-Comeau

Rachel Daigle s'est tournée vers une solution devenue rare au Québec : « J'ai fait le choix, qui était le plus confortable pour moi, c'était d'accoucher à la maison avec juste mon conjoint », souligne-t-elle. 

Accoucher à l'hôpital

Des demandes ont été formulées à plusieurs reprises pour que le service de sage-femme soit offert sur la Côte-Nord, une des rares régions du Québec où il n'y en a pas.

« Comme on est en région et que le taux de naissance n'est pas nécessairement aussi élevé que dans les grands centres, on a de la difficulté à avoir ce service », précise l'intervenante à l'organisme À la source, Julie Rousseau.

Pour sa part, Marianne Creysson, mère du petit Gabin, a été étonnée de la réponse du personnel de l'hôpital au sujet de son plan de naissance qui s'éloignait des pratiques habituelles du milieu hospitalier.

« Je ne voulais aucun antidouleur sauf si je le demandais. Ça, c'était vraiment important et je voulais choisir la position dans laquelle j'allais accoucher », raconte-t-elle.

Toutefois, la jeune maman ajoute que son plan de naissance a été respecté à l'hôpital de Sept-Îles.

D'après le reportage de Katy Larouche.

Plus d'articles

Commentaires