Retour

Dons de sang et homosexualité : Héma-Québec se défend d'être discriminatoire

Héma-Québec nie vouloir discriminer les personnes homosexuelles en leur refusant de donner du sang ou des cellules souches. L'organisme responsable des collectes de sang au Québec réagissait à un reportage diffusé sur les ondes de Radio-Canada il y a quelques jours.

Le directeur des relations publiques d'Héma-Québec, Laurent-Paul Ménard, rappelle qu'il existe 60 critères d'exclusion pour donner du sang au Québec, pour s'assurer que le sang n'est pas contaminé. Les personnes homosexuelles ne sont pas les seules visées par ces exclusions, dit-il, c'est le cas également de certains groupes d'immigrants.

M. Ménard tient à préciser qu'on ne parle pas nécessairement de personnes homosexuelles, mais plutôt d'hommes qui ont eu des relations avec d'autres hommes, ce qui inclut des hommes hétérosexuels qui auraient eu des relations homosexuelles.

« Ce n'est pas une question de stéréotype. C'est une question de fait », assure Laurent-Paul Ménard.

Héma-Québec rappelle d'ailleurs que la plupart des pays maintiennent ces exclusions pour des raisons de santé. Quant à savoir si ces critères de sécurité sont dépassés et ne correspondent plus à la réalité d'aujourd'hui, M. Ménard soutient que ce n'est pas le point de vue de son organisme.

Cette année, Santé Canada devrait permettre à des hommes qui n'ont pas eu des relations sexuelles avec d'autres hommes depuis plus d'un an de pouvoir donner du sang ou des cellules souches, ce qui va malgré tout exclure la plupart des hommes homosexuels.

Actuellement, cinq pays dont l'Espagne, le Portugal et l'Italie, ont aboli toutes les exclusions concernant les personnes homosexuelles.

Plus d'articles

Commentaires