Retour

Doréa Gagnon-Belzile, la même énergie depuis 104 ans

Pouvez-vous vous imaginer vivre jusqu'à 104 ans? C'est le cas de la doyenne de la Vallée-de-la-Matapédia, Doréa Gagnon-Belzile, à la tête d'une famille de 63 descendants. Malgré son âge, elle possède une excellente mémoire et de l'énergie à revendre.

Un texte de Jean-François Deschênes

Doréa Gagnon-Belzile, que tout le monde appelle Doré, est née le 26 octobre 1912 à Saint-Fabien.

Elle se souvient très bien un souvenir cher à son cœur : la première rencontre avec son mari, avec qui elle a vécu 68 ans. Ce moment a eu lieu au début des années 1930. « Il m'a rencontrée chez un de mes oncles où je travaillais. Et lui, bien il est tombé en amour, mais moi je disais : "C'est un beau gars!" », dit-elle en éclatant de rire.

Son plus vieux souvenir remonte à la Grande guerre alors que sa famille cachait des déserteurs sur leurs terres. « Quand ils allaient aux foins, ils montaient à manger pour ces gars-là [...] sur le bord du ruisseau », se souvient-elle.

De nombreuses images sont encore fraîches dans la mémoire de cette fermière qui a vécu à Amqui, sur une ferme. Elle faisait aussi la comptabilité de l'entreprise de vente de matériels agricoles alors qu'elle n'avait qu'une « quatrième année », dit-elle fièrement.

Ce siècle d'histoire impressionne toujours sa fille, Francine Belzile. « Il n'y a plus de témoins de ces années-là. Il n'y en a plus beaucoup. On l'écoute et [ses souvenirs] on les apprend par cœur », confie-t-elle.

Car ces souvenirs, elle compte bien les répéter encore aux plus jeunes lorsque sa mère ne sera plus là pour les raconter.

Plus d'articles