Retour

Du soutien psychologique suite à l'écrasement aux Îles-de-la-Madeleine

Les services d'aide de l'hôpital sont à pied d'œuvre pour offrir un soutien psychosocial à ceux qui en ressentent le besoin. Deux jours après l'écrasement mortel aux Îles-de-la-Madeleine, les familles endeuillées et les membres de la communauté sont encore sous le choc.

Ces services s'adressent entre autres aux membres de la famille Lapierre, ainsi qu'aux témoins et aux premiers répondants. Le chef des services psychosociaux, Alain Bourgeois, estime que les équipes répondent adéquatement aux besoins.

« On a une famille qui est très unie qui est exceptionnelle. On comprend pourquoi Jean [Lapierre] était si pressé de s'en revenir aux Îles. »

Le chef des services techniques au CISSS des Îles-de-la-Madeleine, Carl Leblanc, a aussi une pensée pour les intervenants.

La psychologue Rose-Marie Charest dit que si les gens ressentent une onde de choc présentement, il ne faut pas la combattre, « il faut accepter que c'est un choc. » Il faut parler si les gens en sentent le besoin dit-elle.

Enquêteurs

Trois employés de la compagnie Mitsubishi examinent la carcasse de l'avion aux Îles-de-la-Madeleine. Les enquêteurs du Bureau de la sécurité des transports poursuivent aussi leur travail sur place. Le périmètre autour des débris de l'avion est d'environ 200 mètres. Les autorités prévoient transporter les morceaux de l'avion sur le continent d'ici la fin de la semaine.

Corps des pilotes

Selon le bureau du coroner, les corps des pilotes seront rapatriés vendredi à Montréal pour pratiquer une autopsie.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine