Retour

Eau potable : retour à la case départ ou presque pour La Martre

Le village de La Martre doit à nouveau partir à la recherche d'une source d'eau potable après 16 ans d'essais infructueux.

Un texte de Joane Bérubé

Les travaux pour l'installation d'un nouvel aqueduc, évalués à plus de 6 millions de dollars, devaient démarrer cet été.

Toutefois, des tests complémentaires, exigés par le ministère, et qui ont été effectués en février dernier, révèlent que le puits ciblé, le puits no 8, ne peut pas fournir de l'eau en quantité suffisante pour approvisionner le village.

Un hydrogéologue viendra donc cet été, en juillet, forer trois autre puits le long de la rivière.

Le maire de La Martre, Yves Sohier, demeure optimiste et croit que cette fois, ce sera la bonne. Les travaux seront effectués le long de la rivière où une source a déjà été trouvée, mais elle contenait du baryum, explique-t-il.

Cet été, les forages se feront un peu plus loin, à environ 30 à 50 mètres de ce premier forage. Si une source est détectée dans ce secteur, selon l'hydrogéologue consulté, elle devrait avoir un volume assez important pour éviter de nouveaux tests de débit, espère Yves Sohier.

Si tel était le cas, les travaux pourraient commencer à l'automne et se terminer deux ans plus tard, en 2018.

Les travaux seront financés à 95 % par le gouvernement du Québec.

Une longue histoire

L'eau du village d'un peu plus de 250 habitants est contaminée aux coliformes fécaux depuis de nombreuses années. L'avis d'ébullition est en vigueur depuis le 24 août 2000, quand Québec a resserré ses normes dans la foulée du scandale de l'eau contaminée de Walkerton en Ontario.

Depuis les années 2000, selon le maire Sohier, 22 puits ont été creusés sans réussir à trouver une source d'eau adéquate.

Lors de son élection en 2015, le nouveau maire de La Martre a fait du dossier de l'eau potable une de ses priorités.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine