La Commission scolaire des Phares reporte sa décision concernant l'implantation d'une école innovatrice à Rimouski. Au conseil des commissaires de lundi soir, les membres du groupe Développement d'une école primaire à Rimouski (DEPAR) ont demandé des explications au président, Gaston Rioux, pour comprendre pourquoi leur projet n'obtient pas son aval.

Un texte de Julie Tremblay

La semaine dernière, Gaston Rioux affirmait qu'il était impossible de concrétiser le projet du groupe DEPAR pour des raisons financières. Il proposait aux parents membres du groupe de créer un organisme à but non lucratif ou encore de convaincre les dirigeants d'une école de transformer la leur en établissement innovant, afin qu'il n'y ait aucun impact sur le budget de la commission scolaire.

Les membres du groupe DEPAR avaient donc proposé d'installer leurs locaux dans une infrastructure déjà existante. Un seul bâtiment abriterait ainsi deux écoles, l'une traditionnelle et l'autre innovante. Or, ce n'est pas possible, selon le président de la commission scolaire. « La création de deux adresses à l'intérieur d'une même école cause beaucoup de problèmes », a dit Gaston Rioux, sans toutefois préciser de quels problèmes il s'agit.

Les parents du groupe DEPAR affirment toutefois que, selon leurs recherches, il est possible d'ouvrir deux écoles dans un même bâtiment :

Manque de confiance

De son côté, Gaston Rioux affirme que la commission scolaire est sincère dans ses démarches pour mettre sur pied une école innovante. Il dit que son organisation « continue de travailler dans un but positif ».

Le conseil des commissaires doit prendre une décision d'ici la fin du mois.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine