Retour

Écoulement de lixiviat dans la nature à Saint-Alphonse : pas problématique, selon Pesca

Une étude réalisée l'automne dernier par la firme Pesca Environnement, au lieu d'enfouissement technique (LET) de Saint-Alphonse, démontre que les rejets de lixiviat traités sont conformes aux normes, à l'exception d'un dépassement d'azote ammoniacal de 15 à 18 milligrammes par litre. Mais, les environnementalistes se disent toujours inquiets.

Le lieu d'enfouissement technique des déchets de Saint-Alphonse-de-Caplan produit des milliers de litres de lixiviat qu'il faut traiter tous les jours dans des bassins d'aération. Puis, les liquides retournent dans la nature.

Cette étude avait été commandée pour connaître les impacts environnementaux de ces écoulements.

Selon Pesca, le site n'a pas toujours eu la capacité d'accumuler les eaux toxiques des déchets qui percolent, ce qui fait que, depuis l'ouverture du site en 2009, des rejets ont dépassé les normes à quelques reprises. Ces quantités étaient toutefois tolérées par le ministère de l'Environnement.

Pour l'hydrologue et chargé de projet chez Pesca Environnement, Renaud Quilbé, il y a eu plus de peur que de mal.

M. Quilbé prévient cependant qu'il y a des paramètres pour lesquels y faut être vigilant. Un suivi doit donc être fait, recommande-t-il.

Paramètres dépassés

Pesca recommande de fermer l'une des trois cellules du site le plus tôt possible. Le coût sera de 1,2 millions de dollars, ce qui était prévu selon le maire de Saint-Alphonse, Gérard Porlier. « Cette année, on va recouvrir la cellule numéro 1 donc ça devrait diminuer la quantité de lixiviat dans le bassin d'accumulation », prévoit-il.

Environnementalistes pas rassurés

De leur côté, les environnementalistes demeurent inquiets. C'est que l'analyse de Pesca révèle aussi que la rivière Saint-Siméon était contaminée par des coliformes fécaux lors de l'échantillonnage effectué l'automne dernier. Cette fois, le lixiviat n'était pas en cause.

La source se trouvait en amont du village de Saint-Alphonse.

Selon le porte-parole d'Environnement Vert Plus, Bilbo Cyr, il y a du travail à faire.

M. Cyr déplore le fait qu'il y a tout de même des dépassements à plusieurs niveaux. « On espère que la rivière va conserver sa capacité de dilution pour toujours, ça m'apparaît un peu comme une solution un peu rapide et facile. »

La firme Pesca recommande de poursuivre les analyses cette année, pour connaître la source de la contamination.

Pour sa part, la municipalité de Saint-Alphonse tiendra une soirée d'information publique avec le rapport de Pesca dans les prochaines semaines.

D'après les informations de Pierre Cotton

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine