Retour

Écrasement aux Bergeronnes : les corps des victimes ont été récupérés

Le travail de récupération des corps des victimes de l'écrasement de l'hydravion près des Bergeronnes s'est terminé à 16h15 mardi après-midi. Les dépouilles ne sont donc plus sur la scène de l'accident.

Une famille de deux adultes et deux adolescents de 14 et 17 ans aurait péri lors de l'accident d'hydravion survenu dimanche près des Bergeronnes.

Les touristes du Royaume-Uni séjournaient à l'hôtel Sous la Croix de Tadoussac. La gérante de l'hôtel affirme que les policiers sont venus chercher les bagages de la famille d'origine britannique lundi matin, peu avant 8 heures.

La famille était arrivée à l'hôtel Sous la Croix vendredi dernier. Selon la gérante, la randonnée en hydravion était la dernière activité de la famille avant de quitter la région. L'identité des victimes n'a pas encore été officiellement confirmée ni par le coroner ni par la Sûreté du Québec. Toutefois, le ministère des Affaires étrangères britannique a confirmé que quatre Britanniques font partie des six victimes.

Les autorités britanniques sont en contact avec celles du Canada. Elles offrent leurs condoléances aux familles et leur aide pour la suite des événements.

L'une des victimes provient de la France. Il s'agit d'Émilie Delaitre, une jeune femme d'une vingtaine d'années originaire de la Côte d'Azur. Pour sa part, le pilote Romain Desrosiers était un résident de Saint-David-de-Falardeau au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

« Une situation exceptionnelle »

Le spécialiste en opérations aériennes Charles-Éric Lamarche croit qu'il a fallu un évènement hors du commun pour amener le pilote de l'hydravion d'Air Saguenay à décrocher.

Le contexte et les causes de l'accident de l'appareil d'Air Saguenay demeurent à déterminer, avec les suites de l'enquête.

Les enquêteurs sont sur place

Mardi matin, le coroner Arnaud Samson, le pathologiste du laboratoire des sciences judiciaires et de médecine légaleainsi que les enquêteurs du Bureau de la sécurité des transports du Canada sont arrivés sur les lieux de l'écrasement de l'hydravion survenu dimanche. Après avoir été retardés par le brouillard, les enquêteurs ont pu se rendre sur les lieux à bord de l'hélicoptère de la Sûreté du Québec.

Selon Pierre Gavillet, enquêteur du Bureau de la sécurité des transports du Canada, si tout se passe comme prévu, le travail devrait être terminé mardi après-midi. Aucune hypothèse n'est privilégiée pour le moment.

Plus d'articles

Commentaires