Retour

Écrasement d'hélicoptère à Sept-Îles : le BST rencontre des témoins

Les enquêteurs du Bureau de la sécurité des transports du Canada (BST) ont recueilli vendredi matin des témoignages concernant l'écrasement mortel d'un hélicoptère au nord de Sept-Îles. Ils ont rencontré le chef pilote et gestionnaire des opérations à la compagnie Héli-Nord, Donald Gallienne, ainsi que le pilote de l'appareil.

L'enquêteur responsable du dossier, Denis Deroy, indique que l'accident est survenu au moment de l'atterrissage. Selon des témoins, l'appareil aurait fait une chute de près de 10 mètres avant de s'écraser sur une roche. Denis Deroy qualifie l'impact qu'a subi l'hélicoptère de violent.

« On a récupéré tous les manuels relatifs à l'appareil, l'entretien, les choses comme ça, indique l'enquêteur. Le manuel de vol, on l'a avec nous également. On va prendre une décision d'ici les jours qui viennent pour savoir ce qu'on fait avec l'appareil en tant que tel. L'appareil va être amené quelque part à Sept-Îles en quarantaine. Il est toujours sous notre supervision. Si on décide de prendre l'appareil, l'amener à notre laboratoire, faire des analyses plus poussées, ça va être décidé dans les jours qui viennent. »

Les enquêteurs du BST se sont rendus jeudi sur le site de l'écrasement pour recueillir des données et photographier l'épave. Leur travail se poursuivra à Montréal.

L'écrasement a coûté la vie à Blandine Pinette-Fontaine, 68 ans, une membre de la communauté innue de Uashat-Maliotenam, et à Pierre-Michel Fontaine, 49 ans, un employé du ministère de l'Environnement qui résidait à Québec.

Les trois autres occupants à bord de l'appareil Bell 206, dont un employé d'Hydro-Québec et le pilote, ont été blessés.

L'équipe se rendait sur le terrain pour constater l'évolution de travaux menés à la passe migratoire de la rivière Nipissis qui visent à protéger l'habitat du saumon.

Plus d'articles

Commentaires