Retour

Élections fédérales: chaudes luttes à prévoir dans l'Est du Québec

Quelques luttes seront à surveiller dans l'Est du Québec, en vue des élections fédérales du 19 octobre.

L'une des plus intéressantes pourrait survenir dans la circonscription d'Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, selon l'analyse politique Jean-Claude Simard. Le député sortant, Jean-François Fortin, avait été élu sous la bannière du Bloc québécois en mai 2011. Il a depuis quitté cette formation politique et lancé son propre parti, Forces et Démocratie.

Selon M. Simard, la réélection de M. Fortin pourrait être plus difficile, puisqu'il doit aussi consacrer du temps au parti qu'il a créé et qui ne comptait que deux députés à la dissolution de la Chambre des Communes.

La lutte risque donc d'être serrée avec les trois autres candidats déclarés dans cette circonscription. Les trois adversaires de M. Fortin sont Kédina Fleury-Samson, du Bloc québécois, Joël Charest, du NPD, et Rémi Massé, pour le Parti libéral du Canada. Fait à noter, le Parti conservateur ne compte pas encore de candidat dans cette circonscription, tout comme dans Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les-Basques.

Lutte serrée à venir dans Montmagny-L'Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup

Une autre lutte serrée est à prévoir à l'ouest du Bas-Saint-Laurent, soit dans Montmagny-L'Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup. En 2011, le néo-démocrate François Lapointe avait défait le conservateur Bernard Généreux par une marge de neuf voix. Un dépouillement judiciaire avait été tenu pour départager les deux candidats, qui s'affrontent à nouveau lors des présentes élections, quatre ans plus tard.

Les candidats conservateur et néodémocrate seront opposés à Marie-Josée Normand du Parti libéral et à Louis Gagnon du Bloc québécois, qui devrait être nommé candidat le 26 août.

Le pétrole : un enjeu électoral ?

Le développement de la filière pétrolière et l'exploitation des hydrocarbures pourraient prendre beaucoup de place dans cette campagne, notamment au Bas-Saint-Laurent, avec le projet Énergie Est de TransCanada. Les partis politiques sont d'ailleurs divisés sur la pertinence de ce projet d'oléoduc, qui permettrait d'acheminer le pétrole des sables bitumineux d'Alberta vers la côte Est.

D'ailleurs, le groupe environnementaliste Équiterre s'est déjà invité dans la campagne électorale fédérale. Son directeur principal, Steven Guilbeault, a lancé vendredi une campagne de publicité télévisée pour promouvoir la lutte aux changements climatiques, une offensive qui dénoncera notamment le projet d'oléoduc ÉnergieEst.

L'exploitation des hydrocarbures sur Anticosti et dans le Golfe du Saint-Laurent pourrait aussi devenir des enjeux électoraux. La chercheure en écologie des écosystèmes sur le Saint-Laurent, Lyne Morissette, est curieuse de voir quels candidats vont porter une oreille attentive à la science pendant la campagne.

Gestion de l'offre, assurance-emploi et infrastructures municipales

Les agriculteurs québécois pourraient s'inviter dans la campagne pour défendre le système de gestion de l'offre, qui assure un revenu garanti aux producteurs laitiers, ovins et de volaille.

Le financement fédéral dans les infrastructures municipales et portuaires figure toujours parmis les préoccupations des élus municipaux de l'Est du Québec.

Aussi, le dossier de l'assurance-emploi pourrait revenir à l'avant-plan. C'est du moins ce qu'ont laissé entendre bon nombre de candidats dans l'Est du Québec

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête de neige au Colorado rend la conduite difficile





Rabais de la semaine