Retour

Enquête publique : manque de ressources et de financement à Uashat-Maliotenam

L'heure est aux recommandations dans le cadre de la deuxième partie de l'enquête publique sur les cinq suicides qui sont survenus en 2015 dans la communauté innue de Uashat-Maliotenam.

Le directeur du Service de sécurité publique de Uashat-Maliotenam (SPUM), Raynald Malec, a profité de son témoignage lundi pour réitérer la nécessité de créer une escouade mixte afin de lutter contre le trafic de drogue à Sept-Îles. En plus des policiers innus, cette escouade regrouperait des représentants de la Sûreté du Québec et de la Gendarmerie royale du Canada.

Le directeur de la SPUM a ajouté que la police innue n'est pas assez financée pour lutter contre le fléau de la drogue dans la communauté.

Autres témoignages

Coordonnatrice clinique au Centre de prévention du suicide de la Côte-Nord, Mélanie Côté, rappelle pour sa part que l'organisme n'a pas d'intervenants qui parlent innu, naskapi ou anglais, en raison d'un manque de financement.

Elle ajoute que peu d'Autochtones font appel aux services du Centre de prévention du suicide. D'ailleurs, une seule personne qui s'est enlevée la vie en 2015 dans la communauté de Uashat-Maliotenam a contacté l'organisme en 2010. 

Le Centre a noté une augmentation de 70 % des interventions téléphoniques en cinq ans. 

L'avocat de quatre des cinq familles, Jean-François Bertrand, croit de son côté qu'il faut plus de fonds pour prévenir les suicides dans la communauté.

Proposer des solutions

Jusqu'à jeudi, des témoins du secteur de la santé, du milieu policier et politique seront invités à prendre la parole devant le coroner Bernard Lefrançois. Des faits et des témoignages sur les cinq suicides ont été recueillis du 13 au 17 juin. 

L'enquête publique vise à faire la lumière sur la problématique du suicide à Uashat-Maliotenam.

Au terme des audiences, le coroner pourra formuler ses propres recommandations, mais celles-ci ne seront pas contraignantes.

D'après les informations d'Evelyne Côté et d'Alix-Anne Turcotti

 

Plus d'articles

Commentaires