Retour

Enquêtes Joug et Lierre : les péquistes s'impatientent

Le député de Marie-Victorin, Bernard Drainville, a réitéré sa demande d'explications dans les enquêtes Joug et Lierre, jeudi, à l'Assemblée nationale.

Pour une troisième journée, des échanges houleux ont eu lieu entre l'opposition officielle et le gouvernement, concernant le député des Îles-de-la-Madeleine, Germain Chevarie.

M. Drainville s'intéresse particulièrement aux enquêtes qui portent sur des soupçons d'abus de confiance, de corruption, de fraude et de financement illégal. D'après l'émission Enquête, M. Chevarie était visé par l'enquête Joug, notamment sur le financement du Parti libéral.

Selon M. Drainville, il y a plus d'un an que l'UPAC a remis le dossier d'enquête au Directeur des poursuites criminelles et pénales, mais aucune accusation n'a été portée depuis. Aucune explication n'a été donnée.

Bernard Drainville a fait valoir que le député de Rivière-du-Loup, Jean D'Amour, avait dû se retirer du caucus lorsqu'il faisait l'objet d'une enquête policière, alors que le député des Îles lui, est toujours dans le caucus.

Jean-Marc Fournier a répliqué en visant directement le chef du Parti québécois.

Par ailleurs, le porte-parole du DPCP, maître Jean-Pascal Boucher, affirme que les enquêtes sont sous analyse, et que le public sera informé de la décision lorsque cette analyse sera terminée.

De son côté, Germain Chevarie n'a pas voulu commenter.

D'après les informations d'Élise Thivierge

Plus d'articles