Retour

Enrochement à Pointe-Lebel : le ministère de l'Environnement blâme la municipalité

Pointe-Lebel a reçu un constat d'infraction de 5 000 dollars du ministère de l'Environnement pour avoir mené des travaux d'enrochement sans certificat d'autorisation. La municipalité assure qu'elle se croyait en droit d'effectuer ces réparations sans permis et demande au gouvernement de mieux appuyer les communautés riveraines confrontées à l'érosion des berges.

Pointe-Lebel a fait réparer l'enrochement de la rue Chouinard au mois de décembre avec les 25 000 $ octroyés par le ministère de la Sécurité publique. Les travaux devaient être faits avant la fin de l'année.

Pointe-Lebel est située au coeur de la réserve aquatique projetée de Manicouagan. La Municipalité a jugé qu'en se conformant aux règlements de cette zone protégée, elle n'avait pas besoin d'un certificat d'autorisation. « On a regardé tous les documents et sur l'aire marine projetée (...), ça nous donne l'autorisation de pouvoir réparer des enrochements existants », soutient Normand Morin.

Mais le ministère de l'Environnement réclame maintenant 5 000 $ à la municipalité pour avoir effectué ces travaux sans l'autorisation nécessaire. Les dommages causés aux berges en 2010 devaient être réparés depuis longtemps. Les travaux ont aussi été précipités en décembre parce que de nouvelles grandes marées étaient attendues en janvier.

La municipalité n'a pas encore payé l'amende qui lui a été imposée en février. Elle a déposé une demande de révision au ministère de l'Environnement. 

D'après les informations de Marlène Joseph-Blais

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine