Retour

Entente entre le Groupement forestier Shick-Shock et la Haute-Gaspésie

La MRC de la Haute-Gaspésie et l'entreprise forestière en sont venues à une entente à l'amiable au cours des dernières semaines sur le contentieux concernant la gestion des contrats forestiers.

Un texte de Joane Bérubé

La MRC réclamait 51 000 $ à l’entreprise pour des droits de coupe impayés tandis que le Groupement forestier avait déposé en novembre dernier une mise en demeure contre la MRC alléguant que le contrat d’aménagement accordé de gré à gré à une autre firme ne respectait pas les règles d’attribution.

Après argumentations et calculs de part et d’autre, les parties ont convenu que les redevances dues par le Groupement s’élevaient plutôt à 43 000 $. La somme a été acquittée la semaine dernière, indique le préfet de la MRC de la Haute-Gaspésie, Allen Cormier. L’entreprise n’a donc plus de dette envers la MRC.

L’entente n’a pas fait l’unanimité autour de la table des maires et le vote a été demandé sur la résolution de quittance de dette du Groupement forestier. Trois maires ont voté contre.

La MRC de la Haute-Gaspésie accordera d’autre part un contrat de 80 000 $ pour des travaux d’aménagement forestier au Groupement forestier Shick-Shock. Il s’agit d’un contrat de gré à gré, ce que la loi autorise, explique le directeur général de la MRC de la Haute-Gaspésie, Sébastien Lévesque. « Il s’agit de travaux d’aménagement qui seront devancés, il restera une balance de 35 000 $ à accorder en 2018 », précise M. Lévesque.

Le contrat de 80 000 $ correspond au travail en forêt de 27 personnes pendant quatre semaines.

La MRC a aussi octroyé un contrat d’ingénierie à Groupement forestier Shick-Shock pour effectuer le suivi des travaux. Selon l’estimé, une dizaine de rencontres évaluées à 250 $ sont prévues.

Gestion du contrat de coupe

Pour éviter une nouvelle controverse, le contrat de coupe de bois de l’année dernière et de l’année en cours, soit un total de 30 000 mètres cubes de bois, sera accordé à la suite d’un appel d’offres qui sera piloté par un comité de trois personnes, soit un représentant du ministère des Ressources naturelles, un représentant du ministère des Affaires municipales et le directeur général de la MRC. « On évite ainsi d’autres conflits éventuels », souligne Allen Cormier.

L’entreprise Eau-Bois poursuivra ses travaux sylvicoles et de plantation.

L’entente avec Québec sur la gestion des lots intramunicipaux se termine le 31 mars prochain. La MRC de la Haute-Gaspésie devra alors soumettre un nouveau plan qui devrait, selon le directeur de la MRC, redéfinir à nouveau les règles d’attribution des contrats selon le type de travaux.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine