Retour

Éolien : pertes d'emploi à Enercon et à Fabrication Delta

Le ralentissement tant redouté par l'industrie éolienne du Québec fait ses premiers ravages. Une centaine de travailleurs sont mis à pied en Gaspésie et en Matanie, soit la zone désignée pour la politique de développement éolien. 

Un texte de Joane BérubéTwitterCourriel

Faute de contrats, Fabrication Delta renvoie une soixantaine de soudeurs et de machinistes. Même constat à l'usine Enercon, où 45 employés recevront leur avis de licenciement de manière graduelle de la mi-mai à la mi-juillet.  

L'usine, qui avait déjà réduit ses activités en 2015, ne compte plus que 63 employés.

Le maire de Matane, Jérôme Landry, qui craint une fermeture définitive de l'usine de fabrication de composants d'éoliennes, rencontrera la direction locale de l'usine vendredi. Une rencontre entre le maire Landry et la directrice du développement des affaires à Enercon Canada, Karine Asselin, est aussi prévue lundi à Montréal.

Attente de la politique énergétique

L'industrie de l'éolien attend toujours le dépôt de la politique énergétique du Québec qui était prévu pour l'automne 2015, puis reporté en 2016. Idéalement, l'industrie québécoise souhaitait obtenir 350 MWh par année entre 2017 et 2025 afin d'assurer une continuité jusqu'au renouvellement des parcs déjà existants.

Le député de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé, se dit préoccupé par ces mises à pied. Il rappelle qu'Enercon est tributaire du marché mondial, mais que le marché du Québec est aussi très important. Le député souligne que le gouvernement aussi un rôle à jouer pour soutenir la filière éolienne dans le cadre de sa future politique énergétique.

Karine Asselin confirme d'ailleurs que l'entreprise n'a plus de projets au Québec.

Frédéric Côté, directeur général du Technocentre éolien, n'est pas non plus surpris par ces pertes d'emplois. « C'est le rappel à la réalité, commente M. Côté, la réalité terrain qui fait que oui, on peut profiter des visions, des orientations intéressantes, mais ce qui fait virer les entreprises, ce sont des projets qui se réalisent. Il faut que les orientations soient données le plus tôt possible. »

Le directeur du Technocentre éolien demeure confiant envers l'appui qu'apportera le gouvernement à la filière éolienne.

Avenir de l'usine de Matane

« Je voudrais être aussi optimiste que les gens d'Enercon », convient le maire de Matane, qui souhaite que l'usine puisse traverser cette crise et reprendre ses activités.

Le maire explique avoir déjà discuté avec l'équipe d'Enercon qui travaille à développer de nouveaux projets. Des perspectives pourraient d'ailleurs s'ouvrir aux États-Unis et en Ontario. « Mais rien avant six mois », note Jérôme Landry.

La direction de l'usine demeure quant à elle optimiste et refuse de parler d'une fermeture définitive.

Les employés d'Enercon visés par les mises à pied seront rencontrés au cours des prochains jours.   La direction de Fabrication Delta n'a pas rappelé Radio-Canada pour préciser les modalités de licenciement de ses employés. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine