La directrice de Crustacés des Monts, Mélanie Langlois, a bon espoir de reprendre la production de crevettes d'ici quelques jours. Elle affirme que l'Agence d'inspection des aliments du Canada (ACIA) aurait accepté les documents administratifs requis pour reprendre ses exportations.

Un texte de Jean-François Deschênes

Le 18 mai dernier, l'Agence canadienne d'inspection des aliments avait suspendu l'agrément de Crustacés des Monts, une entreprise de transformation de crevettes située à Sainte-Anne-des-Monts.

L'agrément avait été suspendu en raison de l'incapacité de l'entreprise à maintenir un programme de gestion de la qualité adéquat, comme l'exige le Règlement sur l'inspection du poisson.

Une inspection de l'Agence devrait avoir lieu le 12 juillet. Si elle donne son aval, la production à l'usine, suspendue depuis le mois de mai, pourrait reprendre.

Pour Mélanie Langlois, le défi sera de retrouver la main-d'oeuvre nécessaire à la bonne marche de l'usine, qui compte une cinquantaine d’employés. « Les Crustacés fermés font en sorte qu’on va avoir encore plus de monde qui va être sans emploi à Sainte-Anne-des-Monts. Après ça, on va regarder la ville et on va se demander quel service il y a à Sainte-Anne-des-Monts, les gens ne dépensent plus. Il n’y a plus d’activité ici. Pourquoi? Parce que les gens n’ont plus d’argent. »

Un produit de bonne qualité

Mélanie Langlois explique aussi que l’arrêt de production est lié à un problème administratif, et non à la qualité des produits.

La suspension de l’agrément ne lui permettait plus d’exporter ses crevettes au-delà des frontières du Québec. Une décision importante parce que 95 % de ses produits sont vendus à l’extérieur de la province.

Une pente difficile à remonter

Elle craint que la suspension du certificat d’agrément ait des conséquences sur l’entreprise. Les pertes financières seront considérables, dit-elle.

Si la production reprend à la mi-juillet, comme elle l’espère, elle ignore si elle pourra traiter les 4 millions de livres de crevettes que l’entreprise transforme normalement chaque année, puisque les pêcheurs ont commencé à livrer leurs crevettes dans les autres usines.

Elle craint également que l’arrêt de production nuise à l’image de marque de l’entreprise.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine