Retour

Examen d'une plainte en éthique et déontologie contre Glen McKinnon

La Commission municipale du Québec a terminé cet après-midi l'examen d'une plainte en éthique et déontologie contre Glen McKinnon. L'ancien maire de Saint-Augustin aurait profité de décisions avantageuses des élus, lorsqu'il a vendu un bâtiment administratif à la municipalité pour la somme d'un million de dollars.

Glen McKinnon, qui avait été jugé inapte à siéger à la mairie de Saint-Augustin par la Cour supérieure en février dernier, a défendu sa version des faits cet après-midi. La Commission procèdera à l'audition d'un expert en évaluation immobilière pour compléter le dossier.

À l'automne 2013, le conseil municipal sous la tutelle du ministère des Affaires municipales a voté l'achat de l'un de ses bâtiments. Quatre autres propositions ont été écartées alors que l'avis public ne contenait aucune spécification.

La mairesse suppléante à l'époque, Coraine Driscoll, a complété son témoignage ce matin. Elle soutient avoir perdu confiance à la firme qui devait examiner les alternatives à cet achat effectué juste avant les élections municipales de 2013, remportées par Glen McKinnon.

S'il est reconnu coupable de faute d'éthique, Glen McKinnon pourrait avoir à rembourser une partie des sommes obtenues lors de la vente de son immeuble.

D'après les informations de Louis Garneau.

Plus d'articles

Commentaires