Retour

Fabrication CF Métal a le vent dans les voiles

L'entreprise Fabrication CF Métal de Carleton-sur-Mer décroche deux importants contrats de production à New York et à Montréal.

Depuis quelque temps, l’usine de Carleton-sur-Mer produit les composantes métalliques destinées au terminal maritime de Ciment McInnis à New York ainsi que celles du pont Champlain à Montréal.

La fabrication d'ancrages qui servent à soulever les fameuses poutres caissons du pont Champlain représentera 70 % des activités de l’entreprise au cours des prochains mois.

La directrice générale de Fabrication CF Métal de Carleton-sur-Mer demeure toutefois optimiste. « Avec l'équipe qu'on a en place, dit-elle, l'équipe technique et notre équipe de production, on est capable d'aller chercher de gros contrats et de les réaliser ici en Gaspésie. »

Affecté au développement des affaires, Christian Allard explique que c’est loin d’être la première fois que l’entreprise obtient des mandats pour des chantiers situés à l’extérieur de la région. « On a fait des projets sur la Côte-Nord, dans l'extrême nord du Québec, en Ontario et en Saskatchewan », fait valoir M. Allard.

Le défi d'une entreprise comme Fabrication CF Métal est d’ailleurs d’avoir toujours un carnet de commandes bien rempli afin de conserver ses 28 travailleurs sur la liste de paye.

La rétention de la main-d’œuvre demeure aussi une préoccupation. La DG, Judy-Anne Norton, mise sur la communication pour rassurer ses employés. « Tout ce que je peux communiquer à l'équipe, je le fais pour qu'ils sachent dans quelle direction on s'en va. »

Les employés proviennent de Paspébiac jusqu'à Matapédia. Plusieurs, comme Luc Bigaouette, soudeur de Saint-Siméon, sont heureux de ne pas avoir à s’exiler sur la Côte-Nord ou ailleurs.

C’est aussi une fierté pour les travailleurs. « Tu sais qu'en ville ton nom est là, ta soudure est là », commente Dany Morin, un soudeur de Paspébiac.

Selon l'entreprise, le développement du secteur minier semble prometteur et pourrait assurer de nouveaux contrats dans les prochaines années.

Pour combler des besoins en main-d'œuvre, la commission scolaire offre depuis quelques années une attestation d'études qui permet de former une dizaine de soudeurs annuellement.

Cette formation est un soutien supplémentaire pour l’entreprise. « La main-d'œuvre qualifiée nous permet d'atteindre les objectifs du contrat dans les coûts et les délais », souligne Mme Norton.

Plus d'articles