Retour

Femmes inspirantes : Micheline Pelletier incarne les âpres combats de la Haute-Gaspésie

La Journée internationale des femmes a donné lieu à toutes sortes de témoignages. Parmi les femmes inspirantes de la Gaspésie, la mairesse de Sainte-Anne-des-Monts, Micheline Pelletier, livre sa perception bien à elle du féminisme.

Un texte de Brigitte Dubé

Écoutez ici l'entrevue réalisée par Maude Rivard, à l'émission Au coeur du monde 

Pour elle, le 8 mars est un « jour béni » pour reconnaître l'importance de la femme dans la société.

Dès ses débuts comme enseignante, en 1964, Mme Pelletier dit avoir vécu ce que représente l'inégalité puisque les femmes étaient moins bien payées que les hommes pour le même travail.

Devenue mairesse à sa retraite, au moment où elle aurait pu couler des jours tranquilles, Micheline Pelletier mène aujourd'hui d'âpres combats. L'un est collectif, pour le développement de la Haute-Gaspésie. L'autre est personnel, contre la maladie.

Un féminisme inspiré de la maternité

Son féminisme s'inspire de la maternité. « On reste toujours des mères qui veulent le bien-être de ceux qui les entourent », estime-t-elle.

« J'ai la même ambition, ajoute-t-elle, celle de faire avancer le plus possible cette société-là pour qu'on puisse dire un jour : "Il y a de l'équité en Haute-Gaspésie. On est traités comme les autres et on a les mêmes chances de réussite." »

Elle dit faire des choix comme elle en ferait pour ses propres enfants.

Elle se dit pour un féminisme inclusif. « Les hommes doivent nous aider à atteindre cette égalité », insiste-t-elle.

Selon la mairesse, le plus grand outil, c'est l'éducation. Les femmes ont toutes un potentiel et elles doivent le mettre au service des autres.

Les gens de la Haute-Gaspésie : d'une résilience exemplaire

Mme Pelletier souligne le potentiel des gens de la Haute-Gaspésie, les descendants de pionniers fiers et résilients.

Elle le voit tous les jours : les combats de la Haute-Gaspésie sont toujours très difficiles, plus qu'ailleurs.

À lire aussi :

75 emplois perdus à Sainte-Anne-des-Monts

Exploramer veut mobiliser la population

Exploramer envisage la fermeture

Mort de la documentariste Nathalie Synnett : la communauté gaspésienne dévastée

« Les élus ne viennent pas nous voir, déplore-t-elle. Ils proviennent de milieux bien nantis et ne peuvent pas comprendre ce qu'on vit. Ça finit par créer une image négative : "Peu importe ce que les gens de Haute-Gaspésie feront, ils ne s'en sortiront jamais." Il faut que les gens croient en eux-mêmes. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine