Retour

Fermeture de la chirurgie à Matane durant les fêtes

Durant la période des fêtes, les gens de la MRC de Matanie qui ont un accident grave qui nécessite les soins d'un chirurgien seront transférés à Rimouski. Une femme enceinte qui doit accoucher sera aussi transférée. Si la situation n'inquiète pas le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) du Bas-Saint-Laurent, pour le syndicat des infirmières, il s'agit d'une situation inacceptable.

Pour la présidente du Syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes de l'Est du Québec (SIIIEQ), Micheline Barriault, il s'agit d'une situation dangereuse pour la population. « On peut penser à un enfant qui a besoin d’une chirurgie pour appendicectomie, une femme qui ferait une rupture utérine, un décollement placentaire. Ce sont toutes des circonstances qui nécessitent des soins rapidement », dit-elle.

Une aussi longue route pourrait être fatale pour le patient, croit-elle.

Le temps est crucial pour l’état de santé de la personne. Des fois, ça peut-être une question de vie ou de mort.

Micheline Barriault, présidente, SIIIEQ

Elle avoue qu'une rupture de service s'est déjà produite, mais jamais pour une période aussi longue. Elle craint qu'avec la volonté du ministère de la Santé de centraliser les services, ce genre de situation risque de se répéter.

Sans danger

Pour le directeur des services professionnels du CISSS BSL, le docteur Jean-Christophe Carvalho, la situation est sans danger. « La durée de transfert est acceptable dans les circonstances », dit-il. Il ajoute qu'« actuellement, de transférer la clientèle avec des traumatismes importants à partir d’un vaste rayon autour de Rimouski, c’est dans les normes sécuritaires. »

C’est même meilleur des fois que d’arrêter dans des centres de stabilisation. Donc à ce niveau-là, on est pas mal sécuritaire.

Dr Jean-Christophe Carvalho, directeur des services professionnels du CISSS du Bas-Saint-Laurent

M. Carvalho assure qu'il ne s'agit pas d'une décision économique. Le chirurgien désigné s'est désisté à la dernière minute et il espère toujours trouver un remplaçant du 19 décembre au 3 janvier.

Tous les accouchements devront également être transférés à Rimouski, au cas où des césariennes urgentes devraient être effectuées.

Un anesthésiste reste en permanence à l’hôpital de Matane au cas où un chirurgien se rendrait disponible.

Débat relancé sur le manque de spécialistes à Matane

Le député de Matane-Matapédia est préoccupé par la situation et craint aussi pour la sécurité des gens. La situation relance le débat sur la présence de spécialistes à Matane. « Ce n’est pas le seul front où on est ouvert à Matane dans le dossier de la santé », déplore Pascal Bérubé.

Comment on peut justifier par exemple qu’on a si peu de spécialistes sur le territoire de la Matanie, pour un territoire qui est pourtant important en matière de besoins en santé.

Pascal Bérubé, député de Matane-Matapédia

Plus d'articles

Commentaires