Retour

Festival en chanson : une manifestation contre la décision de ne plus présenter de spectacles à Cloridorme 

Une cinquantaine de personnes se sont rassemblées, jeudi midi, à l'épicerie du village pour marquer leur appui au projet de réaménagement de l'église de Cloridorme en vue d'en faire un lieu de diffusion tout en préservant sa vocation initiale comme lieu de culte.

Le conseil d'administration du Village en chanson a pris la décision de ne pas présenter ces grands spectacles en 2016 à l'église de Cloridorme, à la suite de la circulation dans le village d'une pétition qui s'oppose aux travaux de réaménagement de l'église.  

Le festival qui présente des spectacles depuis 2002 à l'église de Cloridorme souhaitait investir plus de 120 000 $ pour, entre autres, rendre les installations de l'église plus appropriées à la diffusion de spectacles.

Plusieurs citoyens ont été surpris de la décision du Festival.  La mairesse du village a donc décidé, jeudi matin en apprenant la nouvelle, de mobiliser ses concitoyens en organisant un regroupement sur l'heure du dîner.

Plusieurs croient que les gens qui ont signé la pétition ont été mal informés. En organisant cette manifestation, des citoyens voulaient lancer un message clair aux organisateurs du Festival et leur demander de continuer à travailler avec la communauté.

Le Village en chanson de Petite-Vallée indique toutefois qu'il n'entend pas revenir sur sa décision. Les grands spectacles auront lieu à Grande-Vallée, sous un chapiteau.

Une entente et des réunions d'information

 Le président de la Fabrique de l'église de Cloridorme, Pierre-Paul Côté, qui commente la situation en son nom personnel, précise que les deux parties en étaient venues à une entente et que les bancs, entre autres, devaient être remplacés par des chaises rembourrées, plus confortables, pliables et empilables.

Toutefois, la décision n'a pas plu à certains paroissiens qui voulaient conserver les bancs de l'église qui ont souvent été payés par les familles de l'endroit. Des villageois ont alors entrepris de faire signer une pétition pour s'opposer au remplacement des bancs.

La pétition aurait remporté un certain succès, selon M. Côté. Un des paroissiens qui a fait circuler la pétition, Serge Fournier, confirme qu'il a environ 200 personnes qui ont signé le document jusqu'à maintenant. La population de Cloridorme compte un peu plus de 700 personnes.

Comme les paroissiens semblaient divisés, le conseil d'administration du Village en chanson n'a pas voulu poursuivre son projet en l'absence d'acceptabilité sociale.

Un village divisé

La décision aura des impacts auprès de commerçants de Cloridorme. À cet égard, la réaction du Restaurant Motel L'Étoile du Nord illustre bien le dilemme qui déchire le village.

La situation fait beaucoup réagir sur les médias sociaux. Des citoyens sont déçus. D'autres regrettent d'avoir signé la pétition. 

Perte de revenus

La location de l'église au Festival rapportait de 5000 $ à 6000 $ de revenus à la Fabrique. « C'est un montant extrêmement important. Pour faire fonctionner notre Fabrique, c'est autour de 60 000 $ par année », fait valoir M. Côté.

La Fabrique boucle son budget grâce aussi à des donations, dont certaines très importantes, mais l'équilibre est fragile. « L'an dernier, on a fait un surplus de 23 000 $ parce que nous avons gardé l'église fermée l'hiver », ajoute Pierre-Paul Côté.

Les membres du conseil de Fabrique se sont réunis jeudi en matinée pour discuter de la situation. Pierre-Paul Côté indique qu'il a l'intention d'écrire une lettre aux paroissiens pour expliquer les impacts de cette décision.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine