Le détaillant de vêtements et de chaussures Fillion Sports procède à la fermeture de son magasin de Saint-Pascal au Kamouraska, en plus d'effectuer des compressions à son siège social de Rimouski. L'entreprise fait un « effort de restructuration » vu les conditions difficiles dans le commerce de détail.

Un texte de Sébastien Desrosiers

Le président de l'entreprise, Mario Fillion, assure ne pas avoir essuyé de pertes financières au cours de la dernière année. « Nos magasins fonctionnent très bien, ils sont tous rentables », dit-il.

À preuve, selon lui, Fillions Sports a ouvert trois nouvelles succursales dans les derniers mois, soit à Amqui, La Pocatière et Québec.

Avec la suppression de huit postes au siège social de Rimouski et la fermeture de la boutique à Saint-Pascal, où deux employés travaillent à temps plein, il dit plutôt agir de manière préventive. « Le commerce de détail est difficile dans tous les secteurs d'activités, explique-t-il. Si on veut continuer à prospérer et à se développer, on doit vraiment minimiser au maximum nos dépenses. »

« C'est sûr que le dollar canadien est très très faible aussi, ajoute-t-il. Tous les importateurs ont augmenté énormément les prix, donc nous on doit vraiment faire des choix judicieux dans nos achats puis recentrer nos activités dans les bons axes. »

Fillion Sports veut d'ailleurs mettre l'accent sur la vente de chaussures de sport au profit des vêtements, « étant donné qu'on est cordonnier de trois générations », soutient Mario Fillon. « Il y a 60 ans d'existence derrière cette force de frappe au niveau chaussures. On veut continuer à oeuvrer et être meilleur le domaine où est déjà bon », précise-t-il.

Le détaillant de sport compte 90 employés au total répartis dans 13 succursales, dont la majorité est dans l'Est du Québec.

Problème de stationnement

Le président de Fillion Sports croit également que la réfection de la rue Taché à Saint-Pascal, sur laquelle était situé son commerce, est responsable de la fermeture. « Ils ont enlevé toute la possibilité aux consommateurs de se stationner devant le commerce, indique-t-il. Comme il n'y avait pas de stationnement adjacent, c'était très difficile de continuer à faire du commerce. Ils ont carrément enlevé l'aspect commercial de cette rue-là. »

L'entreprise a notamment une plateforme web depuis six mois qui permet les ventes en ligne, une expérience « très positive » jusqu'ici selon le président.

Plus d'articles