Retour

Fin de l'audition dans le procès de l'octogénaire accusé de gestes à caractère sexuel 

Le procès de Georges Dallaire, l'octogénaire accusé de gestes à caractère sexuel, s'est poursuivi pour une deuxième journée au palais de justice de Mont-Joli. Les plaidoiries se sont terminées jeudi après-midi.

L'homme de 85 ans fait face à neuf chefs d'accusation à caractère sexuel. Les gestes qui lui sont reprochés auraient été commis entre 1966 et 1982. Les trois plaignants étaient tous mineurs au moment des faits, qui se seraient produits à Sainte-Luce, Saint-Gabriel et Saint-Marcellin.

La juge Andrée St-Pierre a ordonné un huis clos sur les témoignages des présumées victimes.

Le public n'a donc pas pu assister à cette partie du procès.

Plaidoiries des deux parties

La procureure de la Couronne a décrit un « modus operandi sournois », qu'aurait utilisé Georges Dallaire pour gagner la confiance de ses présumées victimes.

Au cours de ce procès, la Couronne a présenté le témoignage de trois plaignants. 

L'avocat de Georges Dallaire, Bruno Vargas, a choisi de ne pas présenter de défense, c'est-à-dire que l'accusé Dallaire n'a pas témoigné lors de son procès.

« Au-delà de la crédibilité des plaignants, c'est d'établir dans le fond si la poursuite a établi sa preuve hors de tout doute raisonnable. C'est un droit que l'accusé a de présenter une défense, ce n'est pas une obligation. Ça peut paraître des fois surprenant, mais c'est une décision stratégique qu'on a prise dans ce contexte particulier », at-il expliqué.

La juge va rendre sa décision le 3 septembre.

Plus d'articles

Commentaires