Le procès civil de Donald Brashear s'est terminé vendredi au palais de justice de Québec. L'ancien homme fort du Canadien de Montréal est poursuivi pour 378 000 $ pour avoir donné un coup de poing à un autre joueur à la sortie d'un match. La cause a été prise en délibéré.

En mars 2011, Donald Brashear a asséné un violent coup de poing à un adversaire, Éric Labelle, après un match de la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH). L'incident s'était produit dans le stationnement de l'aréna de Rivière-du-Loup.

Le joueur avait été déclaré coupable de voies de fait simples pour ce geste. Il avait écopé d'une probation de 18 mois en plus de devoir faire un don de 6000 $ à une maison de soins palliatifs.

Dans sa plaidoirie, l'avocat d'Éric Labelle a affirmé en cour que Brashear a utilisé une force excessive et qu'il est le seul responsable des déboires de son client. Depuis l'altercation, Éric Labelle ne joue plus au hockey de façon professionnelle. Il souffre d'anxiété et de troubles dépressifs.

L'avocat de Brashear estime pour sa part que cette poursuite est abusive. Jean-François Bertrand allègue que son client a été menacé par Éric Labelle et que son geste relève de la légitime défense.

L'avocat affirme aussi qu'il n'y a aucune preuve qui relie le geste de son client et la détresse d'Éric Labelle depuis l'incident. Selon lui, la somme demandée par le plaignant est démesurée.

« Dans la jurisprudence, on parle de 1500 $, 2000 $ ou 2500 $. Ici, on est à presque 400 000 $ », lance-t-il pour appuyer sa thèse.

La cause a été prise en délibéré par la juge. 

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards