Retour

Forêt et route 138 : des candidats prennent des engagements

Les candidats Marilène Gill, du Bloc québécois, et Jonathan Genest-Jourdain, du Nouveau Parti démocratique, ont fait part de leurs engagements électoraux liés à la forêt et au prolongement de la route 138. Ils ont précisé respectivement leurs intentions lundi à Baie-Comeau et à Blanc-Sablon.

La candidate bloquiste Marilène Gill estime que le prochain député de Manicouagan devra mieux porter les dossiers nord-côtiers à Ottawa, même lorsqu'il s'agit d'enjeux de compétence provinciale, comme la forêt.

Elle rappelle que son parti entend déposer un projet de charte du bois à la Chambre des communes afin de soutenir l'industrie forestière. Cette mesure vise à favoriser l'utilisation de bois dans la construction d'édifices fédéraux et à inciter les entreprises à développer des produits de deuxième et troisième transformation.

La candidate du Bloc québécois soutient que le député fédéral sortant aurait dû s'impliquer davantage durant la crise forestière pour défendre les intérêts des travailleurs nord-côtiers. Jonathan Genest-Jourdain a refusé de commenter cette affirmation.

Le prolongement de la route 138

Le député sortant, Jonathan Genest-Jourdain, assure que le prolongement de la route 138 représentera une priorité pour le Nouveau Parti démocratique dans Manicouagan.

À Blanc-Sablon, lundi, il a rappelé les difficultés d'approvisionnement dans les communautés situées à l'est de Kegaska en raison de l'absence d'une route. « Le prolongement de la route 138 est une fin en soi pour désenclaver les communautés, surtout si l'on considère qu'il y a un peu plus de 350 kilomètres de route [entre Kegaska et Blanc-Sablon] qui mériteraient d'être construits », déclare-t-il.

Le candidat néo-démocrate dit s'être rendu à Blanc-Sablon en camion pour constater l'état des routes 389 et 510, au Labrador. Il affirme que la route de la province voisine est mieux entretenue que celles qui traversent la région.

Plus d'articles

Commentaires