Retour

Fort-Prével : une décision odieuse, selon le député de Gaspé

Le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, dénonce la décision de la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ) de céder la gestion de Fort-Prével à un organisme sans but lucratif.

Un texte de Joane Bérubé

Le comité de citoyens, formés entre autres de membres du Club de golf Fort-Prével, des villes de Gaspé et de Percé ainsi que de la communauté micmaque, a accepté de former un organisme qui reprendra une partie du site.

Une entente de principe a été signée, conditionnelle à une entente avec les employés. La SÉPAQ offrira un soutien logistique et financier. « Un peu moins important qu'on aurait voulu, mais on va s'en accommoder », indique Évangéliste Bourdages, porte-parole du groupe.

Cette entente choque le député Lelièvre qui dénonce particulièrement la pression qui est mise sur la trentaine d'employés syndiqués qui ont été mis à pied, jeudi, lors de l'annonce du transfert.

Un transfert à compléter

La porte-parole du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec, Suzanne Joncas, souligne qu'il sera difficile de reclasser les employés.

Certains travaillaient à Fort-Prével depuis 25 ou 30 ans. « C'est un coup dur pour leur famille, c'est un coup dur pour toute la Gaspésie. Un milieu de travail comme ça, c'est un peu une famille », fait valoir Mme Joncas.

Le dossier a été traité de façon machiavélique, lance le député, qui ne mâche pas ses mots. Il rappelle que Fort-Prével a déjà été une attraction régionale dont la réputation dépassait largement les frontières de la Gaspésie. « L'abandon, la négligence d'entretien du site, et l'absence d'investissement ont entraîné la désuétude du site », poursuit le député.

Un site déclassé et un golf à préserver

Le député aurait souhaité notamment que la SÉPAQ et le gouvernement soutiennent une reprise du site dans son ensemble et pas seulement l'exploitation du terrain de golf ou du camping.

Le porte-parole du comité de relance, Évangéliste Bourdages, confirme que la priorité ira au terrain de golf, qui ne peut pas être laissé à l'abandon sans se détériorer.

Le maire de Gaspé, Daniel Côté, croit toutefois qu'il faut laisser la chance au coureur et travailler à la survie du site. « Il faut brasser les cartes, croit-il, je fais confiance aux gens qui travaillent dans ce dossier-là. La suite des choses on va la connaître au cours des prochaines semaines. »

Gaétan Lelièvre estime toutefois que le succès de l'entreprise reposera en partie sur l'accompagnement financier offert par la SÉPAQ. « Sinon, c'est une fermeture déguisée du site à l'exception du golf et peut-être de camping », croit le député.

Une rencontre entre les employés et le nouvel organisme est prévue mercredi prochain.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine