Retour

Forum Innovation Bois à Rivière-du-Loup : 400 leaders au chevet d'une industrie malade

Seuls les arbres et les feuilles n'ont pas été invités. Le Forum Innovation Bois, qui s'ouvre lundi à Rivière-du-Loup, s'apparente à une mobilisation générale pour relancer l'industrie du bois.

Un texte de Denis Leduc

Trois ministres du gouvernement du Québec, des députés, des hauts fonctionnaires et, surtout, tout ce qui bouge dans l'industrie forestière doivent participer à ce forum, des papetières aux producteurs de bois d'oeuvre, en passant par les représentants des travailleurs et des universitaires intéressés au secteur.

Au total, près de 400 personnes vont converger vers Rivière-du-Loup, lundi, pour parler des moyens, selon les termes de la convocation gouvernementale, de « mobiliser l'ensemble de l'industrie » afin de « favoriser sa transformation et sa modernisation grâce à l'innovation ».

Car, derrière ces mots, se cache le désir du gouvernement du Québec de relancer une industrie en déclin, dont le nombre d'emplois directs est passé de plus de 90 000 à 60 000 en un peu plus d'une décennie. 

Dans les circonstances, le ministre croit qu'il faut être indulgent envers l'industrie: « les marges de manoeuvre pour moderniser, diversifier ou autres étaient moins là » ces dernières années. N'empêche, dit-il, il est temps pour l'industrie d'agir afin de relever les défis qui se posent à elle, d'où la nécessité de cette grande rencontre.

Miser sur le bois dans les grandes constructions

Le Forum doit permettre de développer l'idée, maintes fois avancée, de miser davantage sur le bois dans les grandes constructions. Le responsable du Chantier sur le sujet, Stéphan Langevin de la firme d'architectes STGM de Québec, pense qu'il faut redécouvrir les vertus du bois. 

Il rappelle que de nombreux immeubles des années 1960, comme des arénas, des stades ou des églises, ont été construits en bois. Depuis, dit-il, le réflexe et même l'expertise technique se sont perdus à la faveur du béton et de l'acier.

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, est d'accord pour promouvoir l'utilisation du bois dans les grandes construction publiques. Toutefois, il n'a pas montré beaucoup d'enthousiasme à l'idée d'un soutien financier du gouvernement pour les municipalités, commissions scolaires, cégeps ou autres corps publics qui envisagent d'utiliser le bois lors de la construction de grands immeubles, comme des arénas ou des bibliothèques.

Utiliser le bois comme énergie 

L'utilisation du bois comme source d'énergie, surtout comme source de chauffage, est le thème d'un autre chantier de réflexion. Son président, Serge Mercier, de la firme Arbec, croit que les succès du Bas-Saint-Laurent dans ce domaine peuvent servir d'exemple ailleurs au Québec. Sur la Côte-Nord, Arbec a récemment lancé à Port-Cartier le projet de construction d'une première usine de biocarburant liquéfié. 

Le ministre Blanchette est très enthousiaste face aux perspectives de développement de cette nouvelle filière énergétique. Il y voit un moyen de réduire les gaz à effet de serre en remplaçant le chauffage au mazout par un chauffage avec de la biomasse forestière. Pour lui, les projets déjà en place au Bas-Saint-Laurent et sur la Côte-Nord ont un grand potentiel d'exportation. 

Outre les chantiers sur la construction en bois et les bioénergies, on compte ceux sur le sciage (le bois d'oeuvre), les panneaux et un autre sur les pâtes et papiers et les bioproduits, de quoi couvrir l'ensemble des activités de l'industrie du bois.

Plus d'articles