Retour

Fusions municipales : des avantages et des inconvénients à Gaspé

Estimant qu'il y a beaucoup trop de municipalités au Québec, le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, veut favoriser d'autres fusions municipales. Gaspé l'a vécu, il y a près de 45 ans, à la suite d'une fusion forcée de 12 municipalités imposée par Québec, sans consultation.

La Ville devenait ainsi l'un des plus grands territoires au pays, avec plus de 1300 kilomètres carrés. Alors directeur d'école, Emery Dumaresq se souvient qu'à Rivière-au-Renard, la majorité des 3000 habitants ne l'ont pas digéré. Ils ne voulaient pas payer pour les dettes de Gaspé, un village moins bien nanti.

En fin de compte, les taxes n'ont pas augmenté et la fusion a été un peu mieux acceptée.

Le grand Gaspé à l'heure des choix

Cet immense territoire amène aussi son lot de problèmes et de défis. La Ville de Gaspé n'a plus assez de revenus pour entretenir toutes les infrastructures et les résidents auront deux choix : accepter d'avoir moins de services ou encaisser une autre hausse de taxes.

« Il y a pu avoir des économies d'échelles, ça saute aux yeux, admet le maire, Daniel Côté. Plus d'équité aussi parce que les territoires dévitalisés peuvent avoir un souffle des municipalités plus fortes. »

Toutefois, la fusion empêche Gaspé d'avoir accès à des subventions réservées aux petites municipalités.

Le ministre Moreau serait d'accord pour revoir les programmes d'aide financière destinés aux municipalités ou MRC qui voudront se regrouper. Il assure du même souffle qu'aucune fusion ne sera imposée.

D'après un reportage de Martin Toulgoat

Plus d'articles

Commentaires