Les travaux d'aménagement et de mise à niveau des sentiers du mont Sainte-Anne se poursuivent au Géoparc de Percé.

L'installation de la passerelle vitrée, qui est suspendue à 200 m, est à moitié terminée. Déjà,13 des 25 mètres ont été installés.

Si tout va comme prévu, la plateforme suspendue sera inaugurée à la mi-septembre. La construction de cette installation, qui donnera accès à une vue imprenable sur le rocher Percé et l'île Bonaventure, constitue une partie des travaux qui ont eu cours durant l'été.

De nouvelles passerelles, de nouveaux belvédères ont été construits et le tracé des sentiers a été redéfini.

L'organisation a aussi aménagé cet été une aire de jeux pour les enfants.

Le succès de Tectonik

Le Géoparc s'est aussi fait remarquer cette saison grâce à la création multimédia Tektonik qui invite le spectateur à entrer dans l'histoire géologique de la région de Percé et de son rocher. Vingt-trois sites de cinq périodes géologiques distinctes sont visibles sur le terrain du Géoparc.

Depuis le lancement de Tektonik, en juin dernier, plus de 8500 personnes ont visité le Géoparc de Percé. La présidente du Géoparc, Cathy Poirier, explique que ces premiers mois d'opération servent aussi à tester le produit. « Avec la saison, poursuit Mme Poirier, on voit l'achalandage, on va voir la réduction de la clientèle touristique au courant de l'automne. »

À terme, le Géoparc aimerait bien ouvrir ses portes douze mois par année. Les jeux, l'installation multimédia Tectonik et des sentiers de raquette pourraient être disponibles les week-ends tout au long de l'hiver, fait valoir Mme Poirier.

Le Géoparc, un projet de 7,3 millions de dollars, a été créé pour mettre en valeur les attraits géologiques de la région de Percé ainsi que pour redynamiser l'offre touristique du célèbre village.

Un Géoparc, officiellement labellisé, doit remplir trois mandats soit assurer la conservation, voir à éduquer la population sur les richesses géologiques du lieu et promouvoir le géotourisme.

L'équipe de Percé poursuit ses démarches pour l'obtention du statut officiel de Géoparc de l'UNESCO. Le label compte plus d'une centaine de sites reconnus dans le monde, dont deux au Canada.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine