Retour

Gouvernement Trudeau : peu de chances de voir un ministre de l'Est du Québec

Les chances sont minces de voir les députés libéraux Rémi Massé (Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia) et Diane Lebouthillier (Gaspésie-Les Îles-de-la-Madeleine) devenir ministres au sein du gouvernement Trudeau. C'est du moins l'avis de l'analyste politique Jean-Claude Simard.

Un texte de Martin Toulgoat

Après sa victoire, Justin Trudeau a indiqué que son cabinet serait moins imposant que celui du gouvernement Harper qui comptait 40 élus. De grosses pointures comme Stéphane Dion ou Marc Garneau ont été réélus au Québec, alors que Pablo Rodriguez (Honoré-Mercier) fait un retour après sa défaite de 2011 et que Mélanie Joly (Ahunsic-Cartierville) pourrait accéder à un poste de ministre.

Un contexte qui laisserait peu de place aux nouveaux élus de l'Est du Québec.

« Si monsieur Trudeau veut avoir un conseil des ministres réduit, comme il l'a annoncé, ça veut dire environ 20 à 25 ministres réguliers, une dizaine peut-être de ministres adjoints et de secrétaires parlementaires, ça fait 30 à 35 personnes, ça laisse 8 à 10 personnes pour le Québec, analyse Jean-Claude Simard. »

Ministre fédéral des Pêches?

La victoire de 32 candidats libéraux dans les Maritimes laisse aussi peu de chance aux députés gaspésiens d'obtenir le poste de ministre de Pêches et Océans Canada.

« La vague libérale, l'endroit où elle a frappé le plus fort, c'est dans les Maritimes, 32 députés sur 32, c'est énorme, monsieur Trudeau n'aura pas le choix de les récompenser largement et, dans ce contexte, ça serait difficile que la personne qui représentera le portefeuille des Pêcheries ne provienne pas des Maritimes », conclut l'analyste politique rimouskois.

Le Parti libéral du Canada a élu 184 députés. Ceux qui deviendront ministres seront connus le 4 novembre alors que Justin Trudeau dévoilera son cabinet.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine