Retour

Grève des traversiers : des élus veulent le rétablissement du service dès mercredi

Les maires des villes touchées par la grève à la Société des traversiers saluent l'accord de principe conclu entre le gouvernement du Québec et le Syndicat des métallos. Ils estiment cependant que la grève a assez duré et ils demandent au syndicat d'accélérer le processus de vote prévu jusqu'à dimanche.

Le maire de Tadoussac, Hugues Tremblay, considère que les services jugés essentiels sont insuffisants. « La 138 c'est une route. [La traverse], c'est une continuité de route. On a des travailleurs, on a des gens qui gagnent leur vie. Nous, on dépend complètement du tourisme, des touristes. Il y a eu des annulations partout. Et si ça continue de même on va fermer », affirme-t-il.

Les maires critiquent la décision du syndicat de consulter ses membres de mercredi à dimanche. « Ils ont une entente de principe entre les mains, il ne leur reste qu'à voter », soutient le maire de Québec, Régis Labeaume. 

D'autres réactions dans l'Est

Le maire de Matane, Jérôme Landry, se montre heureux de la conclusion d'une entente de principe entre la Société des traversiers du Québec et le Syndicat des métallos, qui représente les employés en grève.

De son côté, la mairesse de Godbout, Nicole Champagne, s'est montrée solidaire envers les maires des municipalités touchées par cette grève, même si le service de traversier est interrompu dans sa municipalité, en raison de travaux au quai. 

Plus d'articles

Commentaires