Retour

Grève des traversiers : les élus de l'Est du Québec sont inquiets

Les élus de Matane et de la Côte-Nord sont inquiets des répercussions de la grève illimitée des employés de la Société des traversiers du Québec. C'est que la seule autre option, sans le F.A.-Gauthier, est un détour routier de 822 kilomètres.

Les 150 membres du Syndicat des métallos se sont prononcés à 91 % contre les offres patronales et à 78 % pour la poursuite d'une grève illimitée.

Si les conséquences de cette grève sont dénoncés par le maire de Québec, Régis Labeaume, les contrecoups sont encore plus importants dans l'Est du Québec, juge le député péquiste de Matane-Matapédia, Pascal Bérubé.

Les conséquences sur l'industrie du transport seront majeures, ajoute le député.

« C'est vraiment surtout pour le camionnage lourd, comme pour les gros camions qui se rendent à Sept-Îles ou à la Romaine, déplore Pascal Bérubé. Les impacts sont complètement différents de ce qui se vit à Québec. »

Le maire de Matane, Jérôme Landry, croit que les pertes économiques se font déjà sentir et qu'il faut intervenir avant que les gens s'adaptent à cet horaire.

« Si ce conflit-là perdure, les clients vont sûrement changer d'habitude et il est possible que les entreprises perdent des clients au détriment d'autres organisations ailleurs sur le côté nord, ou carrément à Québec et au Saguenay-Lac-Saint-Jean, craint Jérôme Landry. Donc, il faut absolument éviter cette situation-là pour protéger nos entreprises et nos emplois. »

Déception partagée sur la Côte-Nord

Des élus de la Côte-Nord se disent égalementdéçus du nouveau vote de grève illimitée des 150 officiers mécaniciens et de navigation de la Société des traversiers du Québec.

Le maire de Tadoussac, Hugues Tremblay, espérait au moins une suspension de la grève afin de permettre la poursuite des négociations.

De son côté, le maire de Baie-Comeau, Claude Martel, trouve dommage qu'un compromis rapide n'ait pas été possible.

« Malheureusement, on se doit de respecter le choix du syndicat, se résigne l'élu. Mon désir c'est quand même que les services essentiels soient respectés à la lettre. J'ose croire que le gouvernement, en fin de semaine, va intensifier les négociations. »

Les maires de Tadoussac et de Matane confirment qu'ils vont participer à la rencontre prévue mardi à Québec, pour tenter de dénouer l'impasse.

Horaire modifié

Avec la poursuite de cette grève, la Société des traversiers du Québec annonce qu'elle est contrainte de maintenir une seule traversée aller-retour par jour les lundi, mercredi, vendredi et dimanche, entre Matane et la Côte-Nord.

D'après les informations recueillies par Élise Thivierge et Roxanne Simard.

Plus d'articles

Commentaires