Retour

Grève du Bella Desgagnés : la cause en arbitrage

Cinq mois après l'adoption d'une loi spéciale qui a mis fin à la grève des officiers de navigation du Bella Desgagnés, le 10 juin, aucune séance de médiation n'a eu lieu entre le Syndicat des Métallos et la compagnie Relais Nordik. La cause sera donc portée en arbitrage.

Pourtant, une période de 120 jours de médiation avait été prévue dans cette loi spéciale et a pris fin le 11 octobre dernier. Cette période pouvait être prolongée de 60 jours à la demande des parties ou du médiateur ce qu'ils n'ont pas fait, a confirmé l'attaché de presse de la ministre du Travail, Florent Tanlet.

Les parties avaient donc jusqu'au 3 novembre pour s'entendre sur un arbitre commun, sans quoi la ministre du Travail Dominique Vien en désignera un. Ce serait alors cet arbitre qui décréterait les conditions de travail des neuf officiers de navigation du Bella Desgagnés.

Le 6 juin dernier, en l'absence de négociation, les officiers de navigation, dont ceux du navire Bella Desgagnés, avaient déclenché une grève générale.

Selon un communiqué du Syndicat des métallos, les officiers demandaient à être payés pour chacune des heures travaillées, ce que refusait l'employeur, le Relais Nordik, qui maintenait le forfait journalier.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L'art d'être le parfait invité