Retour

Groupe Bouffard investit 1,7 million $ pour améliorer le tri des matières recyclables

L'entreprise matanaise Groupe Bouffard, qui effectue la cueillette et le tri des matières recyclables en Gaspésie, au Bas-Saint-Laurent et sur la Côte-Nord, investit 1,7 million de dollars dans l'acquisition d'un équipement de tri optique.

Un texte de Brigitte Dubé, d'après une entrevue réalisée par Isabelle Lévesque

Installé au centre de tri de Mont-Joli, cet équipement permettra de séparer les matières plus efficacement et rapidement à l'aide d'un jet d'air. Selon le directeur général de l'entreprise, Dominic Bouffard, la trentaine d’employés devraient conserver leur emplois.

Le projet devrait se concrétiser en mars.

Écoutez l'entrevue à Bon pied bonne heure

M. Bouffard entend améliorer la qualité des matières récupérables qui sortiront de l'usine. « Pour y arriver, il fallait plus de personnel, explique-t-il. Mais comme il y a une rareté de main-d’œuvre, nous n’avions pas le choix de faire l’acquisition de cet équipement. »

Cette initiative permettra notamment à Groupe Bouffard de mieux faire face à la crise appréhendée dans le domaine du recyclage. Rappelant que ces dernières années, la plupart des matières recyclables étaient exportées vers la Chine, il explique qu’avec la fermeture de ce marché annoncée récemment, les entreprises québécoises risquent de se retrouver sans débouché pour leurs matières.

« Ça a déjà des impacts sur toutes les entreprises de récupération au Québec et ailleurs dan le monde, précise M. Bouffard. « Ça nous apporte un peu moins de revenus pour ce type de produits, mais ce n'est pas dramatique. Pour les autres types de matières, ce n’est pas touché encore. »

Mais, pour Groupe Bouffard, les conséquences ne sont pas trop lourdes puisque l’entreprise expédie une grande partie du papier et du carton à Papier Cascades. « Cette entreprise ne prend que des matières de grande qualité, les plus propres possible, comparativement à celles de la Chine qui sont moins exigeantes », souligne-t-il.

« On a de bonnes ententes à long terme avec Cascades. C’est ça qui nous sauve, dit M. Bouffard. Aujourd’hui, il y a plusieurs entreprises qui frappent à la porte de cette entreprise. »

« On a constaté qu’on était plus vulnérables au marché et c’est là qu’on a décidé de se tourner vers Cascades. Les exigences sont plus grandes, mais la constance est là. »

M. Bouffard, qui exporte ses sacs de plastique, dit « développer des choses au niveau local ».

Le directeur général mentionne que le centre de tri de Mont-Joli est très productif, compte tenu de ses petites dimensions. « Au départ, on traitait 4200 tonnes de matières par année, mais on est passés à 24 000 tonnes année », précise-t-il.

Par ailleurs, Groupe Bouffard est en discussion en vue de créer des ouvertures avec des entreprises québécoises qui pourraient absorber les surplus.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine