Retour

Hope Town veut protéger l'intégrité de son barachois

Le barachois de Hope Town, municipalité située près de Paspébiac, serait l'un des rares (peut-être le seul) en Gaspésie à avoir été préservé de toute exploitation humaine. La municipalité a entrepris des démarches pour que ce milieu naturel, que l'on dit pratiquement intact, devienne officiellement un espace protégé.

Avec sa forme allongée, cette bande de terre est considérée comme étant unique en Gaspésie. Elle accueille différentes espèces d'oiseaux. Elle est aussi un milieu de reproduction d'espèces marines comme la plie grise, le chaboisseau, le bar rayé et le sébaste.

La zone protégée serait minimalement de 1800 mètres de long et de 400 mètres de large.

Selon Michel Chouinard, directeur du Conseil de l'eau Gaspésie Sud, le barachois est entouré de forêt dans la partie supérieure du marais, ce qui en fait un lieu particulier.

Michel Chouinard met en lumière une autre particularité. « On observe des formes géométriques très rectangulaires et des formes très circulaires. C'est la nature qui a sculpté ça », s'émerveille-t-il.

M. Chouinard ajoute que les barachois sont des lieux de transition entre les milieux marin et terrestre. Ils contiennent beaucoup d'éléments nutritifs, des dépôts laissés par la rivière qui restent sur place et se dégradent.

Besoin d'un consensus

Simon Carrothers, inspecteur municipal à Hope Town, explique qu'une résolution a été adoptée en février. « Elle va le sens de protéger le barachois, tant pour sa valeur écosystémique (plantes, animaux, poissons), que pour les citoyens, les propriétaires riverains, les écoliers et les touristes », précise-t-il.

Pour sensibiliser les citoyens, dit-il, il faut saisir l'importance de ce milieu-là, comprendre pourquoi il est spécial.

D'après M. Carrothers, des gens ont manifesté leur intérêt à laisser aller une partie de leurs terres devenir une réserve protégée. « Chaque propriétaire doit être d'accord. Même que la demande doit venir de chacun. »

Michel Chouinard mentionne pour sa part qu'il n'y aurait pas de restriction pour la pêche ou la circulation à pied. Il y aurait seulement une bande de protection supplémentaire de quelques mètres sur les propriétés. Toutes les activités destructrices de l'habitat - carrière, mines, pétrole, etc. - sont exclues dans un projet de conservation.

Junex y possède des titres miniers

Par ailleurs, la compagnie Junex possède déjà des titres miniers d'exploration sur une partie du territoire.

Simon Carrothers, affirme que des discussions sont en cours et que la compagnie s'est dite prête à collaborer.

Plus d'articles

Commentaires