Retour

Incendie dans une résidence de Sainte-Hélène au Kamouraska

Un incendie s'est déclaré dans une résidence pour personnes âgées à Sainte-Hélène, dans le Kamouraska, jeudi soir.

Le service incendie de la municipalité, de même que des ambulanciers ont été dépêchés à la Résidence Sainte-Hélène vers 20 h 30 pour combattre l'incendie et procéder à l'évacuation des 11 résidents. La Sûreté du Québec confirme qu'aucun d'entre eux n'a été blessé et qu'ils ont tous été relogés.

Le chef du Service incendie, Éric Lévesque a d'ailleurs dû faire appel à tout son personnel, soit une trentaine de pompiers, pour éteindre le brasier.

Selon lui, la Résidence Sainte-Hélène demeure habitable, malgré qu'il y ait « énormément de dommages », surtout causés par la fumée. Il y aura un certain travail de décontamination à effectuer, dit-il, donc impossible de savoir à quel moment les résidents pourront réintégrer leur chambre.

Et selon Éric Lévesque, qui a dirigé les opérations, c'est une infiltration d'eau dans le système électrique de la résidence qui serait à l'origine de l'incendie.

Pompier blessé

Un pompier a été blessé dans l'intervention au moment où sa hache est entrée en contact avec une installation d'Hydro-Québec. Selon le chef du Service incendie, Éric Lévesque, il y avait un « vide technique » dans les plans de la résidence puisqu'elle a changé de vocation, elle était auparavant un magasin. Il précise toutefois que le pompier en question a déjà obtenu son congé de l'hôpital.

Les services sociaux sur place

Présentement, toute une équipe de l'Agence de santé et des services sociaux du Bas-Saint-Laurent est sur place pour offrir des services psychosociaux aux personnes âgées évacuées.

« Il faut comprendre que quand un événement de la sorte se produit dans une résidence pour personnes âgées, ça nous rappelle la tragédie de L'Isle-Verte. Donc, il y a une certaine anxiété qui y est associée. On fait alors des interventions psychosociales pour supporter les personnes, les rassurer au point de vue de leur sécurité et les informer des services disponibles », explique Pierre-Paul Malenfant, de l'Agence de la santé du BSL.

Plus de détails à venir

Plus d'articles