Retour

Incendies à Bic : pas de problème avec les délais selon le maire Éric Forest

Les autorités municipales de Rimouski affirment que les deux interventions du service de sécurité incendie à Bic en fin de semaine ont été parfaitement conformes aux exigences du schéma de couverture de risques. Le maire Éric Forest a d'ailleurs réitéré son entière confiance aux officiers et aux pompiers de la ville.

Un texte de Richard Lavoie

Deux sinistres sont survenus dans le district de Bic en moins de 24 heures. Dans les deux cas, le feu a détruit partiellement des installations agricoles. Dimanche, 150 moutons ont péri dans l'incendie d'une bergerie. Le propriétaire Patrick Chabot a remis en question le délai d'intervention des pompiers.

Chiffres à l'appui, le directeur du service de sécurité incendie, Jean-Sébastien Meunier a décortiqué chacune des deux interventions lors d'un point de presse lundi après-midi.

Un délai d'intervention rapide

Autant samedi que dimanche, l'arrivée sur les lieux de l'officier commandant et du premier véhicule d'intervention est survenue entre 15 et 17 minutes après la transmission de l'alerte.

Dans les deux cas, la distance entre la caserne de Rimouski et le lieu de l'incendie a été parcourue en moins d'une minute par kilomètre.

Le maire Éric Forest a insisté sur le fait que la caserne de secteur est toujours la première appelée lors d'une alerte incendie contrairement à ce que certains ont véhiculé dans les médias sociaux au cours des dernières heures.

Selon le maire Forest, dimanche, c'est le véhicule d'intervention du Bic qui est arrivé le premier sur le théâtre des opérations, environ une minute avant l'arrivée de l'officier commandant.

Éric Forest a dit comprendre que pour des gens qui voient brûler leurs biens, l'attente des secours est toujours interminable.

Le chef Jean-Sébastien Meunier a expliqué que son service pouvait compter en tout temps sur des pompiers permanents à la caserne de Rimouski, mais que pour les casernes satellites comme Le Bic, il doit composer avec des pompiers à temps partiel.

« Il faut compter en moyenne 8 minutes pour les mobiliser, en plus du temps de déplacement vers le lieu du sinistre , a-t-il précisé. Dans le cas de l'incendie de la bergerie, la distance à couvrir était de 8,5 kilomètres et les pompiers du Bic sont bien arrivés sur les lieux environ 16 minutes après la transmission de l'alerte selon les chiffres fournis.

La stratégie d'intervention

Le chef Meunier et le maire Forest ont tous deux insisté sur le fait que l'officier commandant est le seul qui peut juger de la stratégie d'intervention lors d'un sinistre. Ils réagissaient à certaines publications sur les médias sociaux qui mettaient en doute la façon dont les pompiers se sont approvisionnés en eau lors de l'incendie de dimanche.

« Il n'y a pas eu de rupture dans la chaîne d'alimentation », a expliqué le maire, ce qui selon lui vient valider les décisions prises sur place par « les professionnels d'expérience ».

Plus d'articles

Commentaires