Retour

Jean-François Fortin ne se prononce pas tout de suite sur l'avenir de Forces et démocratie

Quel est l'avenir Jean-François Fortin et du parti qu'il a cofondé, Forces et démocratie? Le chef estime qu'il est trop tôt pour le dire.

Forces et démocratie est arrivé en quatrième place dans Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, avec moins de 12 % des voix. Aucun des 17 candidats n'a remporté ses élections, pas même l'autre cofondateur, Jean-François Larose.

Le parti fêtera son premier anniversaire le 21 octobre.

C'est un coup dur pour Jean-François Fortin, qui a passé le lendemain des élections à soutenir les siens, ses partisans, ses bénévoles et les membres de son personnel qui se retrouvent sans emploi.

Les convictions qui l'animaient pendant la campagne l'habitent toujours. Il assure qu'il en est de même pour les 5000 membres du parti.

Mais, il ne s'avance pas sur l'avenir de la formation politique. « Je ne peux me prononcer au nom des membres », indique-t-il. « Je vais certainement accompagner le parti et prendre le temps d'analyser la situation. Les décisions se prendront lors d'une réunion-bilan qui aura lieu d'ici Noël. »

Il n'est pas plus précis quant à son propre avenir, mais il se dit convaincu qu'il va continuer à militer.

Les chances de survie du parti seraient faibles

L'enseignant en sciences politiques du Cégep de Baie-Comeau Marcel Marsolais croit que les chances de survie de Forces et démocratie sont faibles.

Marcel Marsolais ajoute qu'il sera difficile de se tailler une place dans le petit bassin d'électeurs francophones, car il existe déjà quatre grands partis politiques.

Jean-François Fortin explique sa défaite par un manque de visibilité et de temps. Forces et démocratie a fait campagne avec moins de 10 000 $.

D'après des informations recueillies par Jean-François Deschênes

Plus d'articles

Commentaires