Le nouveau parti démocratique s'organise, dans la seule circonscription de l'Est du Québec qui lui a échappé lors de la vague orange du scrutin de 2011. Une trentaine de militants néo-démocrates ont pris part à un rassemblement samedi à Matane.

Ils s'étaient réunis pour appuyer le candidat dans Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, Joël Charest. Après une semaine de campagne, le jeune candidat multiplie les apparitions publiques et le porte-à-porte.

Joël Charest a été accueilli en héros dans un bar du centre-ville de Matane. Il reconnaît que la campagne électorale est longue, mais qu'il était important de démarrer sur les chapeaux de roues.

« Lorsqu'on a commencé à travailler sur le terrain, il y a quelques années, on l'a vu, on avait une poignée de bénévoles et là maintenant nous avons plusieurs, plusieurs dizaines, voire même plusieurs centaines de militants qui sont actifs dans l'ensemble de la circonscription », constate le jeune politicien.

Dans cette partie de la région, le Bloc québécois règne en roi et maître depuis le redécoupage de 2003. Le dernier élu, Jean-François Fortin a quitté avec fracas le Bloc pour fonder Forces et Démocratie.

Ce premier rassemblement néo-démocrate était nécessaire pour les militants selon Joël Charest.

« Oui, ben c'est sûr que c'est une motivation. Ça nous prouve qu'on va dans la bonne direction », estime Yves Boudreault.

Le projet Belledune

Le candidat dans Madawaska - Restigouche au Nouveau-Brunswick, Rosaire l'Italien était également sur place pour manifester son appui à Joël Charest. Il réaffirme que le NPD veut avoir l'assurance que le projet de terminal pétrolier de Belledune respectera les exigences environnementales.

« Au Nouveau-Brunswick on dit: on est d'accord avec le projet parce qu'on a besoin de création d'emplois à une condition. C'est que le projet de Belledune réponde à toutes les études environnementales », rappelle le candidat dans Madawaska - Restigouche Rosaire L'Italien.

Lors de la dernière élection fédérale en 2011, la circonscription est la seule de l'Est du Québec à avoir résisté à la vague orange, le candidat de 24 ans croit pouvoir inverser cette tendance.

D'après les informations recueillies par Lisa-Marie Bélanger

Plus d'articles

Commentaires