Junex et son partenaire, l'homme d'affaires Bernard Lemaire, de Cascades, poursuivent leurs efforts d'exploration pétrolière en Gaspésie. L'objectif est de produire un jour, de façon commerciale, le premier pétrole québécois.

Le forage du puits Galt numéro 5 a été lancé cette semaine, sur le site situé à une vingtaine de kilomètres de Gaspé. On espère produire une moyenne de 250 barils par jour, ce qui permettrait d'anticiper une production commerciale rentable.

Les premiers barils de pétrole doivent être extraits à l'automne. Selon les résultats, l'entreprise pourrait lancer l'exploitation des puits en 2016.

L'objectif : mieux préciser le potentiel pétrolier du site qui a permis de pomper une moyenne de 206 barils par jour au forage précédent.

Les travaux de forage effectués au puits Galt no 5 horizontal incluent également la réalisation d'un levé sismique 3D.

Le puits Galt no 5 horizontal peut être foré jusqu'à une profondeur totale mesurée de 2500 mètres afin de rencontrer un nombre maximal de fractures verticales naturellement présentes dans le réservoir de pétrole de Forillon.

Selon Junex, la manœuvre est un peu plus coûteuse qu'un forage vertical, mais elle permettrait une production cent fois supérieure.

Selon un récent rapport d'experts publié par Junex, les formations géologiques de Forillon et de l'Indian Point pourraient renfermer jusqu'à 557 millions de barils de pétrole.

Junex a terminé les premiers essais de production au puits Galt no 4, l'hiver dernier. L'entreprise avait alors réussi à produire en moyenne 206 barils de pétrole par jour pendant 10 jours, à un coût de 20 $ le baril.

Financement

Les travaux d'exploration sur la propriété de Galt, vont coûter 25 millions de dollars, estime Junex.

La société d'exploration a réussi à capitaliser 17, 5 millions, notamment avec une participation financière supplémentaire de Ressources Québec. Presque un tour de force avec un baril de pétrole Brent aussi bas que 54 dollars.

La pétrolière est toujours à la recherche des 25 millions de dollars nécessaires au forage des puits Galt no 6 et Galt no 7.

À cet égard, l'entreprise a réalisé au cours des dernières semaines des placements privés afin de financer les travaux. La filiale d'Investissement Québec, Ressources Québec, a notamment investi 5 millions de dollars à la mi-juillet.

Potentiel de 557 millions de barils

Les plus récentes estimations d'experts évaluent que 557 millions de barils de pétrole seraient récupérables dans les formations géologiques de Forillon et du Indian Point.

Un potentiel suffisant pour justifier un investissement qui n'est pas trop risqué, estime Jean-Thomas Bernard, professeur en sciences économiques à l'Université d'Ottawa.

Fracturation hydraulique pas envisagée

Junex assure que la fracturation hydraulique n'est pas envisagée pour la phase exploratoire et, elle l'espère, pour une éventuelle phase commerciale. La raison : ce procédé est jugé plus coûteux et moins rentable, du moins pour l'instant.

Le puits est situé à quelque 20 km à l'ouest de Gaspé. Concernant l'opposition citoyenne à l'exploitation pétrolière dans la région du Grand Gaspé, Peter Dorrins indique que son entreprise entend être transparente et demeure ouverte aux demandes d'informations.

D'après un reportage de Martin Toulgoat

Plus d'articles

Commentaires