Retour

L'accès au gaz naturel liquéfié : un enjeu dans Manicouagan

L'accès au gaz naturel liquéfié, le GNL, constitue l'un des enjeux de la campagne électorale fédérale dans la circonscription de Manicouagan. Des intervenants du milieu économique assurent que ce combustible pourrait relancer la grande industrie de la Côte-Nord. Des candidats aux élections fédérales reconnaissent l'avantage environnemental que représente cette énergie par rapport au mazout.

L'industrie de la Côte-Nord travaille depuis 1999 à obtenir le gaz naturel, qui est devenu un préalable à la construction d'usines de bouletage. Le gazoduc, considéré trop cher, fait maintenant place au gaz naturel liquéfié.

Le commissaire industriel à Port-Cartier, Bernard Gauthier, estime que les gouvernements provincial et fédéral doivent contribuer à l'implantation des infrastructures pour approvisionner la Côte-Nord en gaz naturel. « Le provincial devra être un partenaire majeur avec nous. Puis le fédéral, il va falloir trouver une nouvelle façon de faire pour la Côte-Nord, étant donné que ce sera pas un gazoduc. », précise-t-il.

L'utilisation de gaz naturel liquéfié demeure moins dommageable à l'environnement que le mazout. Le député sortant, Jonathan Genest-Jourdain, assure qu'un gouvernement néodémocrate reconnaîtra l'apport de cette solution énergétique. « C'est un choix sensé, surtout pour la faction de l'industrie qui est toujours dépendante du mazout. Ça pourrait leur permettre de réduire leur émission de gaz à effet de serre de près de 30% », affirme le néodémocrate.

La candidate bloquiste Marilène Gill croit que le fédéral devrait faire sa part pour desservir la Côte-Nord en gaz naturel. « Ottawa devrait s'intéresser à la réduction des gaz à effet de serre. Et en plus, pour ce qui est de l'économie nord-côtière, on veut développer, on veut améliorer, on veut que les gens restent », assure-t-elle.

Le candidat conservateur, Yvon Boudreau, admet qu'un tel combustible aura un effet positif pour la seconde et la troisième transformation. Il refuse toutefois de s'avancer sur la participation financière d'un gouvernement conservateur. Le candidat libéral, Mario Tremblay, s'engage pour sa part à faire avancer le dossier à Ottawa, s'il est élu.

Avec les informations de Louis Garneau.

Plus d'articles

Commentaires