Retour

L'Afrique délaissée par les médias, selon des Rimouskois d'origine africaine

Des Rimouskois d'origine africaine sont déçus et même en colère. Selon eux, les atrocités qui frappent l'Afrique au quotidien passent trop souvent sous silence, comparativement à la vague d'empathie qui s'est produite, par exemple, à la suite des attentats de Paris.

La veille des attaques de Paris, le jeudi 12 novembre, un attentat revendiqué par le groupe armé État islamique (EI) en banlieue de Beyrouth a fait 43 morts. 24 heures plus tard, une série d'attaques de l'EI à Paris faisaient 129 morts. La nouvelle a fait le tour du monde, provoquant une vague d'émotion et un déluge de sympathie.

Des dizaines d'autres attentats majeurs ont pourtant eu lieu un peu partout dans le monde au cours de l'année écoulée, mais les répercussions dans les médias et sur les réseaux sociaux ont été minimes comparativement aux attentats de Paris.

Encore cette semaine, deux jeunes filles se sont fait exploser dans un marché de Kano, au Nigeria, tuant 15 personnes. La veille, un attentat a fait 32 morts à Yola, dans le nord-est du pays. Ces événements sont passés quasiment inaperçus.

Qu'ont à dire les Africains du Bas-Saint-Laurent, face à ce constat? La journaliste Jennifer Boudreau est allée à leur rencontre.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine