Retour

L'aluminerie Alcoa de Bécancour veut rouvrir son dernier contrat d'électricité

Alcoa désire renégocier l'entente d'approvisionnement signée avec Hydro-Québec il y a deux ans à peine afin d'obtenir de nouveaux rabais pour l'aluminerie de Bécancour. La Côte-Nord compte deux alumineries qui ont également renégocié leurs tarifs, soit Alcoa à Baie-Comeau, et Alouette à Sept-Îles, qui poursuit l'examen d'une troisième phase.

Selon le vice-président d'Alcoa, Roy Harvey, c'est à Bécancour que la facture énergétique est la plus élevée au pays. La multinationale n'écarte pas la possibilité de mises à pied ou de fermeture.

Le syndicat des Métallos s'étonne de la façon dont Alcoa lance ses négociations avec la société d'État, ce qui crée de l'insécurité.

Mais à l'Association de l'Aluminium du Canada, le président Jean Simard admet que l'industrie vit des heures difficiles face à la concurrence de la Chine et du Moyen-Orient.

Le contexte d'un taux de change avantageux pourrait disparaître à brève échance.

Il soutient que la nouvelle Stratégie de développement de l'aluminium au Québec profitera à l'industrie du métal blanc.

La valeur totale des exportations québécoises d'aluminium au premier trimestre a diminué de 6 % par rapport au premier trimestre de 2015. Le prix obtenu l'an dernier a culminé à 1870 $ la tonne, mais il accuse une baisse de 13 pour cent cette année.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine