Retour

L'ancien maire de Gaspé François Roussy se défend

L'ex-maire de Gaspé a fait une première sortie publique depuis son arrestation par l'Unité permanente anticorruption en mars dernier, pour des accusations de complot et d'abus de confiance.

Ses avocats lui avaient conseillé de ne pas parler aux médias, mais François Roussy tenait à donner sa version des faits.

Il a décidé d'accorder une seule entrevue, soit à la télévision communautaire de Gaspé. Pourquoi la télévision communautaire? François Roussy explique que Télé-Gaspé lui offrait tout le temps d'antenne nécessaire pour clamer son innocence.

Depuis la perquisition de l'UPAC en janvier 2014, François Roussy a toujours refusé les demandes d'entrevue de Radio-Canada.

Au début de cette entrevue de 30 minutes, il indique qu'il avait besoin de dire directement aux Gaspésiens qu'il n'est pas un criminel. Il soutient que l'UPAC ne l'a jamais interrogé avant de l'arrêter en mars dernier.

Selon lui, toutes les décisions de la Ville, durant son mandat, ont été prises en équipe, pour les intérêts des gens de Gaspé. François Roussy a toujours affirmé ne pas avoir participé à un stratagème pour favoriser la firme Roche dans l'obtention de contrats municipaux, en retour de contributions au développement de la ville.

François Roussy souligne sur les ondes de Télé-Gaspé que son arrestation a été difficile à vivre pour lui et sa famille.

« Je vous le dis, je n'ai jamais eu d'intentions criminelles, je n'ai jamais posé d'actes criminels et de se faire dire qu'on vous accuse, c'est un choc... », mentionne le maire qui poursuit : « Est-ce qu'il y a des gens qui veulent m'écraser. Est-ce qu'il y a quelqu'un qui s'est dit, à un moment donné, Roussy on va l'écraser? »

Pour le professeur de droit, Pierre Trudel, prendre la parole dans les médias, même si l'accusé contrôle le message comme c'est le cas pour Nathalie Normandeau et François Roussy, représente un risque.

« Même si, analyse Pierre Trudel, c'est dans un environnement contrôlé, si la déclaration est ambigüe, si la déclaration implique la dénonciation de l'autre partie par exemple, la partie poursuivante, bien, ça peut éventuellement être ramené devant le tribunal, ça peut être pris en considération par un juge. »

François Roussy affirme aussi que ces procédures judiciaires lui ont coûté des dizaines de milliers de dollars en frais d'avocat.

L'ex-maire attend toujours de voir si le conseil municipal va accepter de payer une partie de ses frais de cour.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine