Retour

L’Association pétrolière et gazière du Québec salue l’adoption du projet de loi 106

L'Association pétrolière et gazière du Québec salue l'adoption du projet de loi 106 sur la mise en œuvre de la politique énergétique et les hydrocarbures. Elle croit qu'il était urgent que le Québec se dote d'une loi moderne encadrant l'industrie pétrolière et gazière.

L’adoption de la loi 106 permettra une stabilité qui aidera les entreprises pétrolières, selon le directeur des affaires publiques et des communications de l’Association pétrolière et gazière du Québec, David Lefebvre, en entrevue à l’émission Au cœur du monde.

Le débat autour des hydrocarbures qui perdure au Québec depuis près d’une décennie fragilise l’industrie. Depuis quelques années, plusieurs projets ont vu le jour dans différentes municipalités du Québec. Selon David Lefebvre, il devenait important que tous les promoteurs aient les mêmes règles et que celles-ci soient claires et connues de tous.

[C’est important ] pour la confiance des investisseurs, même la confiance des communautés dans lesquelles il y a des projets qui commencent à s’implanter.

David Lefebvre, directeur des affaires publiques et des communications de l’Association pétrolière et gazière du Québec

Expropriation

David Lefebvre a précisé que, contrairement à l’industrie minière, les entreprises pétrolières et gazières n’exigent pas de droit de propriété des sols. Elles n’ont donc aucune volonté d’expropriation puisqu’elle ne sollicite qu’un droit d’accès sur les terres convoitées.

Il ajoute que le droit à l’expropriation n’a jamais été une demande faite par les entreprises pétrolières. C’est le gouvernement qui insiste pour conserver ce pouvoir, selon David Lefebvre. Une situation qui n’a pas profité à l’industrie, souligne-t-il, puisque les entreprises en ont été les premières victimes.

Les entreprises pétrolières et gazières au Québec ont bien davantage été victimes d'expropriation qu'autre chose. On peut penser au moratoire qui a été fait, par exemple, dans le golfe du Saint-Laurent.

David Lefebvre, directeur des affaires publiques et des communications de l’Association pétrolière et gazière du Québec

Fracturation hydraulique

L’Association pétrolière et gazière du Québec a réitéré que le procédé de fracturation hydraulique est sécuritaire. Elle demande à ce que cette pratique soit évaluée adéquatement par le gouvernement lors de l’élaboration de la réglementation découlant de l'adoption du projet de loi 106.

La fracturation est une technologie qui s’améliore sans cesse. Et qui est sécuritaire lorsqu’elle est utilisée de manière sécuritaire.

David Lefebvre, directeur des affaires publiques et des communications de l’Association pétrolière et gazière du Québec

Rappelons que l’industrie pétrolière et gazière demeurera soumise à la réglementation sur les mines jusqu’à l’adoption de la nouvelle réglementation.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Ce husky n'arrête pas d'éternuer!





Rabais de la semaine