Retour

L’entrepreneuriat pour donner des ailes aux jeunes de Pessamit 

Deux entrepreneures de Pessamit enseignent aux élèves de 15 à 18 ans de l'École secondaire Uashkaikan pour les inciter à développer leur fibre entrepreneuriale.

Elles veulent donner la piqûre aux jeunes et leur démontrer que tout est possible si on travaille fort.

« Moi, j'ai fait toutes les tâches sur les plateaux. J'ai commencé par rouler des fils jusqu'à temps que je puisse être réalisatrice, perchiste et productrice », raconte l’une des enseignantes, Anne-Claire St-Onge, qui a démarré sa maison de production.

De son côté, Kim Picard s’est lancée l’industrie dans la mode.

Avant, j'étais designer de mode. J'ai demeuré 22 ans en ville, à Montréal, et ensuite, trois années à Québec, pour finalement atterrir ici, revenir à mes racines

Kim Picard, enseignante, École secondaire Uashkaikan

Les deux enseignantes ont dû quitter leur communauté natale, où tout a commencé pour elles, pour vivre de leur passion

« Ma compagnie de mode, j'en rêvais depuis toujours quasiment. J'ai vu ma grand-mère coudre et j'ai beaucoup appris d'elle », se rappelle Kim Picard.

Des apprentis entrepreneurs

Depuis un an et demi, les élèves de secondaire 3 à 5 peuvent s'inscrire au cours d'entrepreneuriat s'ils le désirent.

En fait, l’entrepreneuriat, ça nous montre aussi à développer notre leadership et beaucoup d’autres qualités.

Monique Benjamin Hervieux, élève de secondaire 5

Kayla Rock Hervieux, qui est en secondaire 4, estime que ces cours leur montrent, entre autres, les difficultés à traverser en tant qu’entrepreneure.

La culture innue au coeur de l'enseignement

Les jeunes apprennent toutes les étapes d’un projet, du plan à la réalisation. Leurs enseignantes s’inspirent de la culture innue.

« On se promène dans le bois et on regarde les ressources naturelles, comme l’écorce et les branches. On essaie de faire des choses avec ce qu’on trouve à l’extérieur », souligne Anne-Claire St-Onge.

Kim Picard ajoute que les étudiants apprennent notamment à préparer une maquette. Elle se dit impressionnée par leur créativité.

D'après le reportage de Marlène Joseph-Blais

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine