Retour

L'homme accusé de vol à l'ancienne Gaspésia comparaît

L'homme accusé de vol de matériel de près d'un million de dollars, lors du démantèlement de l'ancienne Gaspésia, Tim Sergerie, se défend au Palais de justice de Percé. Le vol se serait déroulé lors des opérations de démantèlement à Chandler entre 2009 et 2011.

Un texte de Jean-François Deschênes

Tim Sergerie est président de la firme Démontage de Machinerie International (DMI), une des deux firmes sous-traitantes, chargées de démanteler l'ancienne usine.

L'homme de 37 ans qui vit en Ontario, a expliqué que le protocole de démantèlement de l'ex-usine Gaspésia était extrêmement strict. Les conteneurs remplis de matériel étaient scellés avec un rigoureux systême d'identification. Les employés de la compagnie vietnamienne Tan Maï surveillaient constamment les opérations. L'accusé a insisté pour dire qu'il lui aurait été impossible de voler quoi que ce soit.

M. Sergerie a même rappelé qu'il a congédié trois de ses employés qui ont été arrêtés par la Sûreté du Québec, pour avoir tenté de voler du matériel.

Tim Sergerie est accusé d'avoir volé du cuivre et d'autres métaux, équipements ou outils.

Son témoignage se poursuit au palais de justice de Percé.

La Sûreté du Québec, la police provinciale de l'Ontario et la police municipale de Cornwall avaient pris part à cette enquête qui s'est échelonnée sur près d'un an.

Selon les informations de Bruno Lelièvre

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?